En direct
Volume
01.10.22
Écouter

Shit talk aka 4Dx realness
Soirée de fin de résidence d’une semaine à *Duuu avec Claire Finch, Fallon Mayanja, Louise Siffert et Sandar Tun Tun.

Do you know about 4Dx? It’s like 3D, only more intense. It has sound, but also: it smells, it vibrates, it collaborates.
A private party with public sentiment, with Claire Finch Fallon Mayanja Louise Siffert Sandar Tun Tun.
.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾
Shit talk aka 4Dx realness
Tu connais le 4Dx ? C’est la 3D mais en plus intense. Il y a du son, mais aussi des odeurs, des vibrations et des collaborations.
Une fête privée avec un public sentiment et avec Claire Finch Fallon Mayanja Louise Siffert Sandar Tun Tun.

Claire Finch
.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾
est auteur*rice et chercheur*euse. Son travail de « ficto-théorie » fait interagir études de genre et narrations radicales dans des récits exemplifiant des stars queer. Ielle a fait paraître, avec Justin Gajoux, Kathy Acker 1971-1979, Ismael, 2019; Chapter 15 I Lie On The Floor, After 8 Books, 2021. Ielle a notamment contribué au volume Lettres aux jeunes poétesses, L’Arche, 2021. Ses textes sont publiés dans de nombreuses revues universitaires et supports littéraires et artistiques. On lui doit, par ailleurs, avec Sabrina Soyer, la traduction de Debbie : une épopée de Lisa Robertson, Joca Seria, 2021. Seul.e ou à plusieurs, comme avec le collectif RER Q dont ielle fait partie, ielle donne des lectures, conférences et performances, hybridant les savoirs et les pratiques, en France et à l’étranger, comme par exemple à l’ICA Londres, Badischer Kunstverein Karlsruhe, Palais de Tokyo Paris, Fondation Ricard Paris, Centre Pompidou Paris.

Fallon Mayanja
.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾
artiste dont le travail traite du son et de la performance. Le travail de Fallon, orienté vers la tangibilité sonore et la pédagogie politique, questionne les formes de communication existantes et recherche des pratiques alternatives de réception et d’interaction, par le son et la voix. Fallon cherche à connaître les zones de contact entre le corps - son, son - société et leur communication en étudiant les formes sonores (vibrations, voix, musique, synthèse, programmation…) comme dispositifs d’activation sensorielle et de narratif. Utilisant principalement l’électronique comme outils de partage, de connexion, et d’écoute, la production artistique conduit à une analyse de l’audible et de l’inaudible, du visible et de l’invisible, du non-dit et de l’indicible des sujets et des objets sonores. Les performances de Fallon Mayanja ont été présentées au FRAC Lorraine - Metz (2021), Creamcake - Berlin (2019), ou à The Place et CUNTemporary - Londres (2019). Son travail a été exposé en Europe et à l’international : à Lisbonne (2020), Mexico (2019), Thessalonique (2019), Berlin (2020) et Braga (2021). En 2020, Fallon était lauréate du projet La Vie Bonne porté par le Cnap.

Louise Siffert
.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾
Détournant les codes de l’aliénation contemporaine, des formes du management comme de la recherche du bien-être, les projets et performances de Louise Siffert privilégient un théâtre à dimension sculpturale, burlesque et corrosif, nourri de sciences sociales. Elles lui ont inspirées, entre autres, une comédie musicale Gut Feelings (2020-2021), un film conçu pour son solo exposition au BBB Centre d’Art, et dont une version vinyle augmentée-Gut Feelings–Melodies and Aromas (2021) a été produit dans le cadre de l’appel à projet “La Vie bonne” porté par Aware et le CNAP, édité par *DUUU Radio. Son travail ces dernières années a été présenté dans de nombreux lieux à la Panacée à Montpellier, à la Synagogue de Delme, aux Laboratoires d’Aubervilliers, à L’Atelier de Paris-Carolyn Carlson, au Palais de Tokyo, au BBB à Toulouse, au Capc-Bordeaux … Elle est membre de DOC, espace artistique autogéré à Paris.

Sandar Tun Tun
.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾
Né·e en 1989 (CH). Vit et travaille à Marseille (FR). Sandar Tun Tun construit son travail autour de la fabulation, de nouvelles alliances et trajectoires collaboratives. Artiste, chercheur·euse, DJ et compositeur·rice iel développe une pratique sonore, spatiale et performative centrée autour de l’écoute, réactivité sensible et critique. Ses installations, compositions, performances, sets audiovisuels ou écritures collectives s’intéressent aux conditions de coexistence au sein de cultures dominantes, à l’espace d’apparition/disparition, au lien entre technologie et spiritualité, écologies non-humaines et conscience collective et donnent lieu à des projets aux langages hybrides allant de la création d’entitées à l’organisation de soirées de poésie sonore.

01/08
Pièce
09.09.2022
38'20"
VERSION - bande, audio
Théo Casciani, Lou Rambert Preiss
Écouter

I will unveil every one of your sad, virtual mines.

VERSION - bande, audio
Théo Casciani et Lou Rambert Preiss

VERSION est un film peuplé d’avatars, de sosies, d’hologrammes et de fantômes. Ce moyen métrage de science-fiction, co-réalisé par Théo Casciani et Lou Rambert Preiss, réunit différents médiums pour traduire le chapitre d’un roman à paraître. Entre dédoublement de personnalité et expériences hors du corps, les personnages de ce chapitre se croisent, se perdent puis se retrouvent dans des territoires urbains ou virtuels pour lutter contre la mémoire et imaginer le futur d’une identité disparue.

Ce film est la deuxième étape de la série de lectures de MAQUETTE, un roman de Théo Casciani à paraître en 2023, composé de douze épisodes comme autant de chapitres du livre. Dès lors, il s’agit d’inverser le schéma classique selon lequel un auteur doit garder son texte secret pour ensuite transformer sa présentation en outil commercial. Ce projet vise donc autant à préparer la publication du roman qu’à tester la matière lorsqu’elle est encore ductile, à la confronter à d’autres regards et sensibilités issus de pratiques très diverses, et à utiliser différents canaux pour installer progressivement le climat de cette fiction.

Les différentes occurrences de ce cycle prendront la forme d’un concert, d’une conférence, d’une performance, d’une fête, d’une installation, d’une visite ou d’un spectacle, et se déploieront également dans des cadres non événementiels, une émission de radio et un jeu vidéo accessibles en ligne et enfin le film VERSION, projeté simultanément dans plusieurs espaces en France et à l’étranger, dans plusieurs lieux, au même moment. Cette diffusion simultanée vise à rassembler les publics de manière immatérielle autour de ce film qui interroge notre rapport à la définition et à la duplication à l’ère du numérique.

Théo Casciani est auteur. Né en 1995, il vit à Marseille. Après des études à SciencesPo. Il a rejoint l’atelier d’écriture contemporaine de La Cambre, à Bruxelles, où il travaille désormais. Rétine, son premier roman, est paru aux Éditions P.O.L en 2019. Ses textes ont été présentés par AOC (FR), Possession Immédiate (FR), Peinture Fraîche (BE), Actoral (FR), Frac PACA (FR), SISSI club (FR), Sabir (BE), Les Laboratoires d’Aubervilliers (FR), LFW (UK), Centre Wallonie-Bruxelles (FR), Florence Loewy (FR), GöteborgsOperans (SW), le Fresnoy (FR), la Fondation Ricard (FR), le Kyoto Art Center (JP), Chantal Crousel (FR), Mouvement (FR), Chaillot-Théâtre National de la Danse (FR), ou le Centre Pompidou (FR). Certains de ces travaux ont été traduits en plusieurs langues et ont récemment donné lieu au séminaire SPECULOR organisé par l’ENSAV-La Cambre et l’Université Libre de Bruxelles. Il est lauréat de plusieurs bourses et mène de nombreux projets de collaboration avec des artistes de différents domaines. Il écrit actuellement une cosmogonie qui sera publiée en 2023.

Lou Rambert Preiss est réalisateur de films. Diplômé de l’École Cantonale d’Art de Lausanne en 2018, il a réalisé des courts métrages primés dans des festivals (Locarno, Palm Springs, Côté Court, entre autres) et présentés dans de nombreuses institutions (Cinémathèques française et suisse, Circulo de Bellas Artes à Madrid, Musée du quai Branly - Jacques Chirac…). Il a également été associé à plusieurs créations théâtrales à la Comédie de Genève. Il a bénéficié de diverses bourses et résidences pour ses projets en développement (Journées de Soleure ou Sofilm de Genre par exemple).

Liens externes
Partager
Facebook
Email
02/08
Conversation
07.09.2022
64'20"
70% arte, 56% artesanía, 9% arte_lin
Fernanda Laguna, Inès Dahn
Écouter

Je fume une cigarette et elle me tombe des mains. Je n’ai aucune force et j’adore ça.

Qu’est-ce qu’un auteur, un cadeau, une œuvre d’art, un poème, un objet artisanal ou une marchandise ? Comment l’art peut avoir un effet dans des contextes ou l’économie semble tout expliquer ? Comment construire une idée d’auteur qui permette d’entremêler poésie et réalité ?
À l’occasion de sa visite à Paris pour son exposition individuelle à la Galerie Campoli Presti, Inès Dahn échange avec l’artiste argentine Fernanda Laguna sur son travail artistique et son écriture, mais aussi sur ses espaces d’art et son activisme dans le quartier de Villa Fiorito, dans la banlieue de Buenos Aires. Dans cette émission trilingue, nous discutons en anglais et nous partageons trois poèmes récemment traduits au français par Bertrand Rigaux, lus également en espagnol par l’artiste.

Fernanda Laguna (née en 1972, à Buenos Aires) est une artiste multidisciplinaire qui occupe différents sites de production, matériels et immatériels. Son espace d’art, libraire et magasin de cadeaux « Para vos… Norma Mía ! », son roman « El fuego entre nosotras », son école d’art « Belleza y Felicidad » précaire de Villa Fiorito, les t-shirts serigraphiés du collectif féministe Ni Una Menos Fiorito, ses peintures en cadre d’osier et ses dessins sont autant d’interphases permanentes entre l’art, la vie et une certaine forme de fantaisie. Face au modèle de l’artiste professionnel et bureaucratisé, elle remplace la croyance dans l’autorité de l’œuvre d’art polie et érudite par une approche intuitive, imaginative et engagé du rôle de l’artiste. Laguna a récemment eu une exposition personnelle au Drawing Center, à New York (2022). Laguna a également présenté une exposition à l’Institute for Contemporary Art de la Virginia Commonwealth University, à Richmond (2021). Son travail a fait partie de l’exposition Take Me (I’m yours) organisée par Christian Boltanski, Hans Ulrich Obrist et Chiara Parisi à la Villa Medici, Rome (2018) ; et Casa Tomada organisée par José Luis Blondet, Ruba Katrib et Candice Hopkins, SITE Santa Fe, NM, (2018).

Une émission réalisée par Paul Castillon
Lecture des textes en espagnol : Fernanda Laguna
Lecture des textes en français : Juliette Hage

Liens externes
Partager
Facebook
Email
03/08
Les Centres Passagers (1)
10.03.2022
41'18"
Les Centres Passagers #1 : Le Parc Saint Léger
Virgile Fraisse
Écouter

En réalité le lieu n’a pas vocation à être un parc d’attractions tu vois.

Bienvenue dans les Centres Passagers,
nous vous proposons d’écouter le portrait de centres d’art contemporain français, mis en difficulté ou ayant disparu. Les Centres Passagers se veut être la mémoire de ces espaces temporaires, d’histoires d’art, de projets poétiques, radicaux ou engagés.

Pour cette première saison, 4 centres d’art, 4 épisodes : une ancienne usine d’embouteillage, une église désacralisée, une ex-caserne militaire et une ancienne chaudronnerie.

Dans ce premier épisode un parc naturel, une source thermale et plus de 20 ans d’expositions et d’événements, au dedans et hors les murs de cette ancienne usine d’embouteillage près de Nevers, le Parc Saint Léger. Nous écoutons les récits des employés de ces 10 dernières années : Franck Balland, Léa Mérit, Sandra Patron, Céline Poulin, Chantal Scotton, Anna Zachmann, toutes et tous ont participé à la programmation, la médiation, la création et la diffusion de l’art dans la Nièvre. Les enregistrements se déroulent en 2021, quelques semaines avant la fermeture définitive des lieux.

Une émission réalisée par Virgile Fraisse en co-production avec *Duuu, montée par Arno Ledoux et mixée par Valentin Fleury.

Liens externes
Partager
Facebook
Email
04/08
Pièce (104)
06.07.2019
12'40"
Indice Ultraviolet
Théo Robine-Langlois
Écouter

Madame, Monsieur, bonsoir. Cette journée de dimanche a été la plus chaude de l’année mais la canicule devrait bientôt se terminer, et maintenant il va falloir surveiller les orages.

Un format de Théo Robine-Langlois.

Sur une invitation du CAN, Centre d’art Neuchâtel,
dans le cadre de l’exposition Indice Ultraviolet (05/06 - 06/07/19)

Avec Marie Griesmar, Daniel Keller, Renaud Loda, MÂT espace d’art, MACACO Press (Sabrina Fernández Casas et Patricio Gil Flood), Colin Raynal + invité·e·s : Marie-Morgane Adatte, Massimo Beck, Caroline Busta, Maëlle Dreier, Julien Fischer, Gino, Jacob Hurwitz-Goodman, Andrea Marioni, Sara McLaren, Maud Oïhénart, Julia Perazzini, Sun Cousto, Liza Trottet, Jony Valado, Nicolas Wadimoff

00:00 sous le sable de la plage (extrait de Paradis Plage, Renaud Loda, vidéo, 9’,2019)

00:58 le parquet de l’entrée (enregistrement au CAN, avec les voix de Nicolas Raufaste et Julian Thompson, juillet 2019)

01:11 la température en juin en Romandie (extrait d’un bulletin météo disponible sur le site de la RTS, juin 2019)

01:32 besoin d’un café (enregistrement au CAN, juillet 2019)

02:04 What we heard on a boat navigating on the Neuchâtel’s lake, project yourself into animal living in the 2030’s (extrait de New Models Module : Imagining Collapse, conférence sur un bateau, Daniel Keller et Caroline Busta, retranscrite dans la publication Indice Ultraviolet, 22 juin 2019)

04:10 l’équipe du CAN guide un visiteur perdu dans l’exposition (enregistrement au CAN, avec la voix de Nicolas Raufaste, juillet 2019)

04:34 le bruit de la mer ou le corps-à-corps d’un humain et d’un tapis (extrait sonore de la documentation d’une performance de Colin Raynal, 5 juin 2019)

05:42 le CD d’enfance, chant des baleines du commandant Cousteau (enregistrement au CAN, juillet 2019)

06:34 la température en juillet en Romandie (extrait d’un bulletin météo disponible sur le site de la RTS, juillet 2019)

07:00 quelle est cette mystérieuse chanson composée en une nuit ? (extrait de la version chopped and screwed de Childrens par Robert Miles disponible à l’adresse :

www.youtube.com/watch?v=CC5ca6Hsb2Q)

07:55 comment attraper la myriade de couleurs qui se trouvent sous l’eau (extrait d’une discussion publique avec Marie Griesmar, 8 juin 2019)

09:23 fabrication du drapeau jaune doré magnifique (extraits de la vidéo jaune-doré-magnifique de Marie-Morgane Adatte, Maêlle Dreier, Maude Oïneart, Liza Trottet ,3’,2019)

10:26 quelle est cette mystérieuse chanson composée en une nuit ? (extrait de la version chopped and screwed de Childrens par Robert Miles disponible à l’adresse :

www.youtube.com/watch?v=CC5ca6Hsb2Q)

Une émission proposée par Théo Robine-Langlois.

Partager
Facebook
Email
05/08
Pièce (204)
12.05.2021
71'57"
Direct from your Gut Feelings
Louise Siffert, Claire Finch
Écouter

Hazy, gooey ooze, confusing slime, hormonal purr. Through all of it I still wanted your tongue in my mouth no matter what, so I’d take it in my mouth, and we’d make out. Then you’d puke in the gutter, and the puke would smell like rotten anis.

À l’occasion de 100% L’EXPO, *Duuu Radio programme une émission radiophonique autour du projet filmique Gut Feelings et de la sortie du vinyle Gut Feelings – Melodies and Aromas de Louise Siffert, édité par *Duuu.
Pensée en collaboration avec l’auteure et chercheuse Claire Finch, cette émission explore le vomi, la fermentation et la digestion comme une technologie créatrice féministe et dissidente.
Ensemble, recrachons de manière désordonnée visqueuse des théories, des textes, et des chansons.

Générique
00:45 - Extrait de Zami, Audre Lorde, 1982
03:42 -Tom Rubnitz, Pickel Surprise, 1989
03:49 - Bread and Puppets theater, Radical Cheese
05:26 - Karen Finley, Tales of taboo, 1988
11:11 - Tom Rubnitz, Pickel Surprise, 1989
11:46 – Claire Finch, «Je veux dégueuler - vomi féministe comme forme dissidente» Part 1, 2021
13:03 - Tom Rubnitz, Pickel Surprise, 1989
13:34 – Claire Finch, Part 2, 2021
15:35 - X-Ray Spex, Identity, 1978
18:42 – Claire Finch, Part 3, 2021
20:21 - Toxic Shock, Intoxicated, 1981
23:21 - Claire Finch, Part 4, 2021
25:57 - Muppets Show, Manamana, 1991
26:37 - Claire Finch, «Omg when I saw…», 2021
31:03 -Delia Derbyshire, The Wizard’s Laboratory, 1972
33:00 - Sinister Wisdom #9, Fingers in Popcorn
34:45 - Shock Treatment, Bitchin’ In The Kitchen,1981
37:13 - Claire Finch, Part 5, 2021
38:50 - Louise Siffert, What’s going on?, 2021
42:56 - Claire Finch, Part 6, 2021
45:40 - Dodie Bellamy, Barf Manifesto,Traduction Claire Finch et Louise Siffert, 2008
49:45 - Pink, Plastics and Panties, blablabla, 1980
52:00 - Claire Finch, «I met this one Neighbour which is my colleague…», 2021
55:26 - Louise Siffert, Every Body Burps, 2021
58:55 - Claire Finch, Part 7, 2021
01:00:58 - David Wojnarowicz, Extrait de Close to the Knives,Traduction de Claire Finch, 1991
01:01:22 - Alfred E. Neuman, It’s a gas, 1966
01:03:22 - Claire Finch, Part 8, 2021
01:05:00 - Claire Finch, «OK, but is the Mouth as universal…», 2021
01:08:15 - Oh-OK, E is for the Expanding Hole
01:09:40 - Claire Finch, Part 9, 2021
01:10:03 - Muppets Show, To be Alive, 2007
Générique fin

Partager
Facebook
Email
06/08
Pièce (20)
01.10.2016
44'35"
Anagrammes
Jean Dupuy
Écouter

Du fer, un os, une pomme, pâle, baba.
On dit du roi Dagobert qu’il mettait sa culotte à l’envers ici en échangeant leurs habits.
Ce couple semble attentif malgré la situation à ne pas tomber dans le travers du bon roi.

Quelques jours avant son 90ème anniversaire, l’artiste français Jean Dupuy lit une sélection de ses poèmes anagrammatiques agrémentés de brèves apartés et d’explications non moins poétiques.

#1 : Anagrammes (Face A)
20’46

#2 : Anagrammes (Face B)
21’23

#3 : Extrait d’une conversation avec Jean Dupuy enregistrée à la Villa Arson le 23 septembre 2016.
Avec Sophie Lapalu, Julie Portier, Théo Robine-Langlois et Simon Nicaise.
2’20

Anagrammes écrites et lues par jean Dupuy, enregistrées le lundi 18 mai 2015 par Diane Blondeau & Arnaud Maguet à la Villa Arson.
Edité à 300 exemplaires par les Disques Rotins Réunis.

Avec l’aimable autorisation de Arnaud Maguet et Eric Mangion

Partager
Facebook
Email
07/08
Exposition contée (2)
21.02.2016
71'29"
Exposition contée #2 : A Secret Poet
Sophie Lapalu
Écouter

L’histoire de Fluxus ne retient pas son nom. Et puis, épris d’une jeune actrice, Perkins va la suivre jusqu’à Los Angeles. Il va donc passer plus de 10 ans dans cet immense laboratoire artistique et social.

Ces expositions sont constituées de récits d’œuvres qui s’incarnent rarement dans un objet ; si celui-ci existe, il ne représente que la partie émergée de l’iceberg. Le récit au contraire permet de deviner la profondeur de l’œuvre, d’appréhender son étendue processuelle.

“En 2010, l’artiste Jean-Christophe Norman me raconte l’histoire de Jeffrey Perkins, « outsider Fluxus », chauffeur de taxi qui a enregistré ses conversations avec ses clients de 1995 à 2002. Naît immédiatement l’envie de faire quelque chose avec lui. En 2011, j’invitais Perkins à La Vitrine de l’ENSAPC, rue Moret à Paris. L’entretien que vous entendez au début, avec Thomas Faliu, date de cette époque. Johanna Viprey, alors étudiante à la HEAD, a vent de cette exposition ; fascinée, elle part rencontrer l’artiste à New York. Elle a depuis monté un groupe de musique avec Jean Wave, BLANC Alligator. Dans leurs morceaux, elle reprend les conversations de Perkins dans son taxi.”
Sophie Lapalu

  • 00’01 : Entretien avec Jeff Perkins, Thomas Faliu et Sophie Lapalu (Paris, 2011)
  • 09’00 : Mirrorball, Nisennenmondai (2012)
  • 19’30 : Récit de la vie de Perkins, Sophie Lapalu (Paris, 2016)
  • 23’25 : Interlude Taxi Cab, Vampire Weekend (2010)
  • 23’57 : Movies for the blinds, extrait (entretien avec un passager psychiatre), Jeff Perkins (1995-2002)
  • 28’53 : Il fait nuit maintenant, BLANC Alligator (2014)
  • 32’12 : Movies for the blinds, extrait (entretien avec une passagère libérée), Jeff Perkins (1995-2002)
  • 35’05 : Seventeen, BLANC Alligator (2014)
  • 39’57 : Movies for the blinds, extrait (entretien avec Verushka), Jeff Perkins (1995-2002)
  • 47’34 : Architect, BLANC Alligator (2014)
  • 52’20 : Movies for the blinds, extrait (entretien avec un graphic designer de Londres), Jeff Perkins (1995-2002)
  • 58’28:Movies for the blinds, extrait (entretien avec une jeune fille qui a fait 4 arrêts cardiaques), Jeff Perkins (1995-2002)
  • 67’35 : Taxi Cab, Vampire Weekend (2010)

Une émission proposée par Sophie Lapalu

Liens externes
Partager
Facebook
Email
08/08
Conversation (90)
17.04.2018
84'54"
Alvin Curran
Maxime Guitton
Écouter

I still find things that are to me very interesting to record. Anyway, this was a beautiful challenge and one which led me to try to capture certain flavours of the Italian or Roman soundcape.

Alvin Curran, born 1938 in Providence (Rhode Island), is a Rome-based American composer and improviser, educated at Brown University and Yale University. After a year spent in Berlin with his teacher Elliott Carter, he settles in December 1964 in the Eternal City where he quickly bonds with other American expats and Ivy League composers - Frederic Rzewski and Richard Teitelbaum to name a few,- with whom he founds in 1966 the pioneering free improvisation collective Musica Elettronica Viva (MEV), in a revolutionary context. As early as 1971, he creates a poetic series of solo works for synthesizer, voice, taped sounds and found objects, and progressively develops large-scale projects outside the concert hall, in lakes, ports, parks, quarries, etc., whilst working on a regular basis on film and theater productions. In the 1980’s, various commissions from German radios allow him to further explore his idea of musical geography, through radiophonic works. Involved in numerous collaborative projects, he has been working extensively with choreographers (Trisha Brown, Simone Forti…), visual artists (Edith Schloss, Joan Jonas, Melissa Gould…), poets (Clark Coolidge), film directors (Memè Perlini, Susumi Hani, Beni Montresor, Antonioni…) avant-garde theater companies (The Living Theater, …), etc. An avid improviser, Alvin Curran continues at the same time to write pieces for acoustic instruments and electronics, radiophonic works and sound installations.

Maxime Guitton, a regular contributor of *Duuu radio, is currently a fellow at Villa Medici, the French Academy in Rome, where he’s leading a research on the composer. Together with Simon Ripoll-Hurier and Myriam Lefkowitz, they visited him in his studio, located a few hundred meters away from the Coliseum. They wanted to know more about his connexion with the radio, the importance of radiophonic works in his own production, how they relate with his activities of field recordist. They asked him to speak in detail about his methods through a specific piece named “Cartoline Romane”, a musique concrete piece commissioned, produced and first broadcast by Westdeutscher Rundfunk, Cologne in 1987. For about 90 minutes, Alvin Curran generously shares some of his fundamental concepts about music making through precise examples and more abstract ideas, which hopefully will help anyone understanding the scope of his work and some of its prominent features.

A radio show proposed by Maxime Guitton with Simon Ripoll-Hurier and Myriam Lefkowitz.

Liens externes
Partager
Facebook
Email
Dernières émissions
Les Centres Passagers
00
00
00
00