En direct
Volume
04.08.22
Écouter

Cette émission est une interprétation du magazine Idoine & Sissy Hankshaw paru en 2016, réalisée en direct du studio de la Villette, avec l’actrice Marie Champion.

Nous remercions vivement Tom Robbins pour sa complicité et sa confiance. Et nous remercions les cowgirls et leur vague à l’âme d’exister.

Ont été cités les ouvrages :
Thor Heyerdahl, L’expédition du Kon-Tiki, Editions Libretto, 2011 (1947).
Arne Naess, Ecologie, Communauté et Style de vie, Editions Dehors, 2013 (1989).
Idoine & Sissy Hankshaw est librement adapté de Tom Robbins, Even Cowgirls Get the Blues,
Editions Bantam Books, 1976.
Pour la version française : Tom Robbins, Même les cowgirls ont du vague à l’âme, Collection
Totem, Editions Gallmeister, 2010. Traduction Philippe Mikriammos.

En direct de *Duuu Radio, Folie N4, Parc de la Villette, Paris 19e

Liens externes
Auteurs
Partager
Facebook
Email
01/07
Compilation (65)
22.10.2020
56'36"
Canicule, musique pour insomniaques
Anaïs Cabandé
Écouter

Mm
Mhm
There’s no

Oh
Hm
Turn

Oh vitriol
Get along
Can’t get it across, huh
Very slow

Tracklist :

Mirage de Loire, Hervé Moire (2010)
For Voices, Sarah Davachi (2017)
Automatic Writing, Robert Ashley (1979)
Noon, Alva Noto et Ryuichi Sakamoto (2002)
Atom, Johanna Bramli (2018)
Pisces, Anaïs Cab (2020)
Clepsydra, Tomoko Sauvage (2017)
Etincelles, Christine Groult (2006)
Ricerca Della Materia, Daniela Casa
Tremblement de terre très doux, François Bayle (1990)
Echos, Beatriz Ferreyra (2020)
Moire Strings, Jan Jelinek (2000)
Mutation 2, Coby Von Tonder (2012)
Night vision it touched my neck, Felicia Atkinson (2020)
Aquatisme, Bernard Parmegiani (1986)
Je t’aime, Cattie Juneel (2020)

Une playlist proposée par Anaïs Cabandé

Partager
Facebook
Email
02/07
Pièce (104)
06.07.2019
12'40"
Indice Ultraviolet
Théo Robine-Langlois
Écouter

Madame, Monsieur, bonsoir. Cette journée de dimanche a été la plus chaude de l’année mais la canicule devrait bientôt se terminer, et maintenant il va falloir surveiller les orages.

Un format de Théo Robine-Langlois.

Sur une invitation du CAN, Centre d’art Neuchâtel,
dans le cadre de l’exposition Indice Ultraviolet (05/06 - 06/07/19)

Avec Marie Griesmar, Daniel Keller, Renaud Loda, MÂT espace d’art, MACACO Press (Sabrina Fernández Casas et Patricio Gil Flood), Colin Raynal + invité·e·s : Marie-Morgane Adatte, Massimo Beck, Caroline Busta, Maëlle Dreier, Julien Fischer, Gino, Jacob Hurwitz-Goodman, Andrea Marioni, Sara McLaren, Maud Oïhénart, Julia Perazzini, Sun Cousto, Liza Trottet, Jony Valado, Nicolas Wadimoff

00:00 sous le sable de la plage (extrait de Paradis Plage, Renaud Loda, vidéo, 9’,2019)

00:58 le parquet de l’entrée (enregistrement au CAN, avec les voix de Nicolas Raufaste et Julian Thompson, juillet 2019)

01:11 la température en juin en Romandie (extrait d’un bulletin météo disponible sur le site de la RTS, juin 2019)

01:32 besoin d’un café (enregistrement au CAN, juillet 2019)

02:04 What we heard on a boat navigating on the Neuchâtel’s lake, project yourself into animal living in the 2030’s (extrait de New Models Module : Imagining Collapse, conférence sur un bateau, Daniel Keller et Caroline Busta, retranscrite dans la publication Indice Ultraviolet, 22 juin 2019)

04:10 l’équipe du CAN guide un visiteur perdu dans l’exposition (enregistrement au CAN, avec la voix de Nicolas Raufaste, juillet 2019)

04:34 le bruit de la mer ou le corps-à-corps d’un humain et d’un tapis (extrait sonore de la documentation d’une performance de Colin Raynal, 5 juin 2019)

05:42 le CD d’enfance, chant des baleines du commandant Cousteau (enregistrement au CAN, juillet 2019)

06:34 la température en juillet en Romandie (extrait d’un bulletin météo disponible sur le site de la RTS, juillet 2019)

07:00 quelle est cette mystérieuse chanson composée en une nuit ? (extrait de la version chopped and screwed de Childrens par Robert Miles disponible à l’adresse :

www.youtube.com/watch?v=CC5ca6Hsb2Q)

07:55 comment attraper la myriade de couleurs qui se trouvent sous l’eau (extrait d’une discussion publique avec Marie Griesmar, 8 juin 2019)

09:23 fabrication du drapeau jaune doré magnifique (extraits de la vidéo jaune-doré-magnifique de Marie-Morgane Adatte, Maêlle Dreier, Maude Oïneart, Liza Trottet ,3’,2019)

10:26 quelle est cette mystérieuse chanson composée en une nuit ? (extrait de la version chopped and screwed de Childrens par Robert Miles disponible à l’adresse :

www.youtube.com/watch?v=CC5ca6Hsb2Q)

Une émission proposée par Théo Robine-Langlois.

Partager
Facebook
Email
03/07
Pièce (54)
25.09.2017
06'30"
Réhydratation
Hélène Bertin
Écouter

Chaque plante est une photographie, je veux dire quand je les mets dans cette tisanière, je pense au moment où on les as récoltées.

Hélène Bertin, Réhydratation, sculpture et infusion de plantes cueillies autours du village de Cucuron

Hélène Bertin est née en 1989 dans le Luberon. Elle traverse doucement la France en suivant les cours d’art appliqués au lycée en Avignon, de l’École des beaux-arts de Lyon puis de l’École des beaux-arts de Paris-Cergy. À la fin de ses études, elle s’installe à Paris et à Cucuron, son village natal. Elle développe une pratique qui met en mouvement le travail d’artiste, de curateur et d’historienne. Ses objets de sculptrice ont des qualités usuelles qui se dérobent à l’espace du white cube. Ils se vivent dans l’intimité de la sphère privée, comme l’espace de l’atelier, de la maison, et en extérieur. Hélène Bertin travaille aussi en collectif avec Plafond, avec qui elle partage des moments de réflexion et des expositions. Avec l’aménagement de son atelier à Cucuron, le «workshop culinaire» est l’un de ses terrains d’expérimentation collective où des artistes se regroupent autour de mets qu’ils confectionnent, mangent et digèrent ensemble. Investie dans son village, c’est dans un vignoble de vin naturel qu’elle a récemment organisé sa première exposition collective. Depuis plusieurs années, elle réalise des recherches autour de Valentine Schlegel qui, comme une guide, lui a ouvert sa pratique originale et libre de l’art.

Florilège vol.1, Sangama Une proposition de Raffaella della Olga, Jérôme Dupeyrat, Camila Oliveira Fairclough et Angeline Ostinelli

“Florilège” est une publication vivante prenant la forme d’une programmation de lectures, performances, projections, propositions dont les formes et les formats ouverts ont en commun d’actualiser, de partager et de transmettre des textes et des publications auprès d’une communauté éphémère. La première édition de “Florilège” a eu lieu à Paris du 27 au 30 avril 2017.

Une émission proposée par Hélène Bertin, enregistrée le 28 avril 2017.

Liens externes
Partager
Facebook
Email
04/07
Ontador (18)
15.01.2021
49'19"
Ontador #18
Antonio Contador
Écouter

Soleil, soleil, soleil, soleil, soleil.

Ontador c’est une heure de noise, de musiques expérimentales, de banlieue de la musique.

  • Soleil - Valentina Traïanova (traktor-went-mad remix)
  • Guy Hobsbawm - Blanquistes du Nil
  • Terekke - NuWav2
  • Etrusca 3D - Ennuha
  • Suemori - Wacid
  • Lorr No - 1

Une émission proposée par Antonio Contador.

Liens externes
Partager
Facebook
Email
05/07
LFI (3)
10.01.2020
37'49"
LFI #3 : Sous le soleil d’Auber
Théo Robine-Langlois
Écouter

Shouting out loud, a woman alone
A man with fears outside at night
Singing alone what’s due to him
What can I say?
What can I say? What do I feel?
You’re always away
Can’t fall asleep, you keep me awake

Une playlist réalisée à l’invitation de Zoé Philibert, pour la liste de naissance de Collective, Aubervilliers.
Tracklist:

La fusée Interplanétaire, Henri Chopin (générique de l’émission)
Delete my internet browser history, Prison Religion
Appel à la révolte, François Dufresne
93 Hardcore, Tandem
Shooting out loud, the raincoats
Ultimate, Denzel Curry
Deviens Génial, Vald
Soleil de Mai, Mme Jolivet Bourdin
Pas de justice pas de paix, La Rumeur
Millions getting killed, Lily Greenham
Gangsta walk, gangsta boo
yuppi du, Martin Kippenberger

Une émission proposée par Théo Robine-Langlois.

Liens externes
Partager
Facebook
Email
06/07

Du printemps. L’air du printemps est chaud, et pluvieux à la fois. On s’aime en sûreté, en chacun de ces mois. Au plaisir de l’amour, avec fruit on se livre. On s’amuse. On s’exerce. En un mot, on fait vivre. On peut alors encore suer, ou se purger.

Pour célébrer septembre, on chantera dans le jardin.
Radio-crochet en plein-air, sans jury ni récompense.

Virus, par Pia Boone, Nicolas Boone et Vandeur 2000.
Mélodiplôme, par Lisa Pauget.
4 chansons brèves, par Pascale Murtin et Le Choeur des Locos.
Récit de voyage, par Moussa Diallo.
Musique américaine, par Elsa Michaud.
Serveurs à mi-temps, par Léo Durand.
Gwoka 1 et Gwoka 2, par Melokans.
Comment chanter, par Ondine Cloez.
Musique de Roman, par Gabriel Gauthier et Orly.
Everybody Burps, par Louise Siffert.

La Mosaïque des Lexiques, rendez-vous public mensuel, a lieu le premier vendredi de chaque mois aux Laboratoires d’Aubervilliers. Cette revue vivante rassemble un nombre variable de contributeur.trice.s afin de croiser les jargons, comparer les lexiques, les langues, multiplier les adresses. On y tâche de pointer ce qui, dans l’usage des mots, relie, différencie, sépare, rapproche, éloigne.

Au sommaire, peuvent se succéder un poème, un film, un exposé, une lecture croisée, des conversations préparées ou impromptues, un geste, un débat multilingue, des statistiques, des slogans, un slam, une traduction simultanée, un exercice de conjugaison, un discours en langue des signes, etc. Prétendus spécialistes et soi-disant amateurs se relaient pour traduire (d’une langue à l’autre ou à l’intérieur du français même), transcrire, interpréter.

En bref, on y cause, traduit, chante, danse, fête chaque fois le mois nouveau.

Réalisation, prise de son et montage : Aline Gorisse
Écriture : Loraine Baud
Voix : Anissa Zidna
Enregistrements aux Laboratoires d’Aubervilliers le 4 septembre 2020.

Partager
Facebook
Email
07/07
Pièce (156)
30.04.2020
60'59"
Matthieu Saladin. Précipités de lenteur : Gavin Bryars, The Sinking of the Titanic
Matthieu Saladin, Émile Ouroumov
Écouter

*Down
Down
Down
Down
Down
Down

Matthieu Saladin Précipités de lenteur, 2019
Précipités de lenteur Le projet Précipités de lenteur de Matthieu Saladin existe sous la forme d’une playlist d’œuvres musicales accompagnée d’un essai d’économie politique de la musique. Il interroge l’idéologie de l’accélération qui gouverne aujourd’hui notre société, à travers l’analyse de diverses expérimentations sonores menées sur le ralentissement. À l’heure du trading à haute fréquence, de l’occupation 24/7 du temps de vie, de l’apologie de la mobilité et de l’augmentation généralisée du rythme des changements sociaux, ces expériences constituent autant de critiques en acte, de tentatives de temporisation, sinon de replis face aux impératifs de l’accélération.

Gavin Bryars, The Sinking of the Titanic (1969-72), composition musicale, 60’13
The Sinking of the Titanic L’œuvre expérimentale The Sinking of the Titanic [Le naufrage du Titanic, 1969-72] du compositeur minimaliste anglais Gavin Bryars est l’une des pièces qui font partie de Précipités de lenteur. Écrite alors qu’il enseigne à l’Art College de Portsmouth, Bryars tâche de traduire sous forme de partition le naufrage du Titanic. L’histoire est connue : ayant heurté un iceberg le 14 avril 1912 à 23h40, le navire considéré à l’époque comme une prouesse technologique sombre lentement mais sûrement au fond de l’océan, ayant totalement disparu de la surface des eaux quelques heures après la collision. La légende dit que l’orchestre aurait continué à jouer de la musique jusqu’à l’engloutissement complet du paquebot. À partir d’une importante recherche documentaire, Bryars recompose, à travers une série de variations d’un thème joué lors du naufrage, la transformation acoustique de l’environnement sonore inhérente à l’immersion progressive du transatlantique. Comme l’écrit le compositeur : « la musique passe par différents états, donnant à entendre une lente descente vers le fond de l’océan, où se déploie une gamme de phénomènes d’écho et de diffraction, mélangés à une atténuation considérable des hautes fréquences. » Mais peut-être peut-on plus largement entendre dans les langueurs de son orchestration le devenir englouti de l’accélération. Elle qui n’avait connu que fulgurance fait à présent l’expérience d’une agonie dont le rythme même contrarie sa nature. L’accélération stoppée nette dans sa course s’engouffre inexorablement.

PROGRAMME DIFFUSÉ DANS LE CADRE DE « CHANSONS POUR MÉNAGE SEUL. UNE EXPOSITION RADIOPHONIQUE ET PANDÉMIQUE » (CUR. ÉMILE OUROUMOV)

Partager
Facebook
Email
Dernières émissions
Les Centres Passagers
00
00
00
00