En direct
Volume
Conversation
24.06.22
Écouter

Projections de films en plein-air + Entretiens radiophoniques Ateliers + Concert + Dj set
Une proposition de Victoire Le Bars

Evénement Facebook
▬▬▬▬▬
*Duuu Radio, Folie N4, Parc de la Villette, Paris 19e
Plan d’accès
▬▬▬▬▬
« Don’t let your imagination catch you » prononce d’une voix réconfortante le soigneur de Mike Tyson, Teddy Atlas, lorsqu’avant de monter sur le ring, le boxeur qu’on surnomme Kid Dynamite, s’effondre en larmes, pris par la peur. Ce jour-là, comme presque tous les autres, il gagnera son combat.
Ce programme réunit 4 films (pièce chorégraphique, série, longs et courts-métrages documentaires), dont la rencontre naît d’un thème commun et transversal, celui d’un sport de combat : la boxe anglaise. La pratique professionnelle et amateur, la résignation ou la résilience, la motivation inconditionnelle, le collectif, la chorégraphie, la colère, l’apprentissage et la rigueur arpentent les contours de ce sport davantage associé à la violence physique qu’à son caractère esthétique et bienfaiteur.

▬▬▬▬▬
VENDREDI 24 JUIN 19:00-00:00

19h : Entretien public avec Anthony Pinelli par Victoire Le Bars
20h : Projection de la série « La cour des grandes » d’Anthony Pinelli
21h : Concert D O R, La Ligne Bleue Records (Rap)
21h45 : Projection plein air de « K.O.K » de Régine Chopinot
22h30 : Entretien public avec Régine Chopinot par Victoire Le Bars
23h15 : Dj set
▬▬▬▬▬
SAMEDI 25 JUIN 18:00-00:00

18h : Atelier « Initiation à la boxe » avec l’équipe du club de Boxe Paris XI + DJ set de Bob Sleigh (Rap, Rnb, Soul)
20h : Projection de « Casse la distance » de Céline Loriente
20h30 : Entretien public avec Céline Loriente et Pascal Deux par Victoire Le Bars
21h45 : Projection de « Noble art » de Pascal Deux
23h15 : DJ set de Bob Sleigh (Rap, Rnb, Soul)

▬▬▬▬▬
INVITÉ.E.S

_ RÉGINE CHOPINOT est chorégraphe et danseuse.
Elle crée « K.O.K » en novembre 1988 à la Maison de la culture de La Rochelle, un ballet inspiré de la boxe, sport pour lequel elle se passionne à l’occasion de la diffusion d’émission de vulgarisation par Canal +, jeune chaîne codée à l’image créative. Fascinée tant par la gestuelle de ce sport que par les commentaires qui l’assimilent à la danse, Régine Chopinot entreprend de créer un spectacle à partir de cet univers.

_ ANTHONY PINELLI est auteur et réalisateur. Il a réalisé « La cour des grandes », en 2021, co-produit par ViceTV série documentaire en trois épisodes (22 minutes/épisode), sur la boxeuse professionnelle et membre de l’équipe de France multi-médaillée : Amina Zidani. Cette série s’appuie sur le travail des boxeuses et accompagne notamment le premier combat professionnel d’Amina Zidani.

_ PASCAL DEUX débute dans le cinéma sur « Vivement Dimanche » de François Truffaut. Après une carrière d’assistant réalisateur qui lui permet de collaborer avec de grands cinéastes comme Samuel Fuller ou Jacques Rivette, il se lance dans la réalisation. Entre 1996 et 2001, il réalise Noble Art, un documentaire tourné sur plusieurs années dans les coulisses du monde de la boxe. Ce film retrace l’ultime come-back d’un champion du monde déchu en proie à ses tourments intérieurs : Fabrice Bénichou. Sélectionné à Cannes dans la programmation Acid, il sort en salles en 2004.

_ CÉLINE LORIENTE bifurque vers la sociologie après des études littéraires à Paris. C’est au cours de ses travaux de recherche qu’elle s’initie à la démarche socio-filmique avant de se former à la réalisation de documentaires aux Ateliers Varan en 2022. Elle réalise un premier court métrage documentaire, « Casse la distance », sur le club de Boxe Paris XI.

_ DOR (à prononcer D-O-R) est un rappeur/chanteur vivant à Orléans. DOR se distingue par son mélange des langues : le français et l’espagnol. Dans ses textes, il cultive ses origines ibériques. Chacun de ses sons nous emmène dans un voyage coloré et plein de chaleur en Castille et Léon “au bord du Rio Frio”. Il est signé sur le label La Ligne Bleue Records.

_ BOB SLEIGH, DJ résident et membre des teams Rinse France & [re]sources depuis 2015 : UK Funky, Break, UK Techno, Dancehall ou Grime, ses sets proposent un panorama de la club music urbaine. Ils suggèrent également une volonté délibérée de décloisonner la fête en rapprochant styles et genres.

_ VICTOIRE LE BARS est boxeuse amatrice, designer et animatrice radio. Elle s‘intéresse d’abord au rapport que peut avoir la boxe anglaise qu’on surnomme « le Noble art » avec l’écriture et le langage. Pour ces deux soirées, qui mêlent art et sport, elle propose d’accueillir une chorégraphe et trois réalisateurs ainsi que des boxeurs pour des rencontres radiophoniques, des projections de films et des ateliers.

Avec le soutien de la Ville de Paris dans le cadre du festival FORMES OLYMPIQUES et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Île-de-France - Ministère de la Culture dans le cadre de l’Été culturel 2022.
En collaboration avec le Centre national de la danse – CND.

Écouter
30.04.20
Matthieu Saladin. Précipités de lenteur : Gavin Bryars, The Sinking of the Titanic
Matthieu Saladin, Émile Ouroumov
60'59"
Pièce (156)
Pièce (156)
30.04.20
Écouter

Matthieu Saladin Précipités de lenteur, 2019
Précipités de lenteur Le projet Précipités de lenteur de Matthieu Saladin existe sous la forme d’une playlist d’œuvres musicales accompagnée d’un essai d’économie politique de la musique. Il interroge l’idéologie de l’accélération qui gouverne aujourd’hui notre société, à travers l’analyse de diverses expérimentations sonores menées sur le ralentissement. À l’heure du trading à haute fréquence, de l’occupation 24/7 du temps de vie, de l’apologie de la mobilité et de l’augmentation généralisée du rythme des changements sociaux, ces expériences constituent autant de critiques en acte, de tentatives de temporisation, sinon de replis face aux impératifs de l’accélération.

Gavin Bryars, The Sinking of the Titanic (1969-72), composition musicale, 60’13
The Sinking of the Titanic L’œuvre expérimentale The Sinking of the Titanic [Le naufrage du Titanic, 1969-72] du compositeur minimaliste anglais Gavin Bryars est l’une des pièces qui font partie de Précipités de lenteur. Écrite alors qu’il enseigne à l’Art College de Portsmouth, Bryars tâche de traduire sous forme de partition le naufrage du Titanic. L’histoire est connue : ayant heurté un iceberg le 14 avril 1912 à 23h40, le navire considéré à l’époque comme une prouesse technologique sombre lentement mais sûrement au fond de l’océan, ayant totalement disparu de la surface des eaux quelques heures après la collision. La légende dit que l’orchestre aurait continué à jouer de la musique jusqu’à l’engloutissement complet du paquebot. À partir d’une importante recherche documentaire, Bryars recompose, à travers une série de variations d’un thème joué lors du naufrage, la transformation acoustique de l’environnement sonore inhérente à l’immersion progressive du transatlantique. Comme l’écrit le compositeur : « la musique passe par différents états, donnant à entendre une lente descente vers le fond de l’océan, où se déploie une gamme de phénomènes d’écho et de diffraction, mélangés à une atténuation considérable des hautes fréquences. » Mais peut-être peut-on plus largement entendre dans les langueurs de son orchestration le devenir englouti de l’accélération. Elle qui n’avait connu que fulgurance fait à présent l’expérience d’une agonie dont le rythme même contrarie sa nature. L’accélération stoppée nette dans sa course s’engouffre inexorablement.

PROGRAMME DIFFUSÉ DANS LE CADRE DE « CHANSONS POUR MÉNAGE SEUL. UNE EXPOSITION RADIOPHONIQUE ET PANDÉMIQUE » (CUR. ÉMILE OUROUMOV)

00
00
00
00