En direct
Volume

TNHCH (acronyme de The Night He Came Home) est un groupe de rock expérimental né à Rennes en 2013 sous l’impulsion de Corentin Canesson (guitares) et Arthur Beuvier (machines, synthétiseurs). Au départ davantage concentré sur la création de performances live imaginées dans le cadre de nombreuses manifestations artistiques locales, le duo est rejoint à Paris en 2016 par Damien Le Dévédec (basse, chant) et Tim Karbon (batterie, percussions). TNHCH est désormais renforcé par la présence de Maëla Bescond au chant lead, et leur son commence à osciller progressivement entre un trip-hop sous opioïdes et un post-rock mâtiné de guitares bruitistes et de batteries tribales. À l’issue d’une session intensive d’une semaine de composition et d’enregistrement simultanés, le groupe commence à dessiner les contours du projet « ULTRA », dont la sortie (toujours en indépendant) est prévue pour le 23 Octobre 2020.
Pour cet opus, toutes les paroles des morceaux sont issues de textes de la main de Rene Ricard. La réalisation des pochettes vinyles a quant à elle été confiée à une trentaine de plasticien-nes parmi les proches du groupe et autres figures fortes de la scène artistique contemporaine. Chacun.ne d’entre elle.ux a ainsi produit une série de dix pièces uniques.

Écouter
30.04.20
Le Mont Analogue
Émile Ouroumov
180'30"
Lire (39)
Lire (39)
30.04.20
Écouter

PROGRAMME DIFFUSÉ DANS LE CADRE DE « CHANSONS POUR MÉNAGE SEUL.
UNE EXPOSITION RADIOPHONIQUE ET PANDÉMIQUE » (CUR. ÉMILE OUROUMOV)

René Daumal. Le Mont Analogue, 1939-1944.
Roman inachevé | Unfinished novel. Éditions Gallimard, 1952
Lecture radiophonique par Sarah Chaumette, 2013
2h59’

Le parcours de l’écrivain français René Daumal est aussi bref que surprenant. Décédé à l’âge de 36 ans, au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, il n’a laissé qu’un corpus d’œuvres restreint, dont Le Mont Analogue est la conclusion remarquable (et pourtant restée inachevée). Sa curiosité et la soif d’un monde autre le poussent vers les études du sanskrit, la « métaphysique expérimentale » issue des enseignements ésotériques de Gurdjieff, mais aussi, à la recherche de l’« au-delà », vers un côtoiement fréquent des substances psychoactives. Le tétrachlorométhane fragilisera ses poumons, provoquant la tuberculose qui l’emportera en 1944.

Le Mont Analogue, quant à lui, est défini comme un « roman d’aventures alpines, non euclidiennes et symboliquement authentiques ». Il relate un voyage initiatique vers une dimension régie par un endémisme « spirituel », un univers délimité par les pentes d’un Mont sacré, caché à la vue par notre inaptitude à voir avec l’esprit. Puisque « nous savons a priori, en vertu des lois de l’analogie, qu’elle doit exister », une expédition est aussitôt entreprise à destination des antipodes, localisation pressentie de la montagne. Le petit groupe de grimpeurs, une fois arrivé à la base du sommet, découvre une société hiérarchisée autour de la figure du guide de haute montagne, vivant en harmonie avec la nature. L’escalade est entreprise et, pendant l’ascension, les protagonistes trouvent des « peradams », cristaux rarissimes et quasiment invisibles, symbolisant la laborieuse découverte de vérités sur le chemin spirituel.

Une proposition issue du projet curatorial « LE PRINCIPE GALÁPAGOS » (Maxime Bondu, Bénédicte le Pimpec, Gaël Grivet, Émile Ouroumov). Palais de Tokyo, Paris, 2013.

00
00
00
00