En direct
Volume
16.10.21
Écouter

TELL ME | MANIFESTATION DE PERFORMANCES ET DE RADIO
Frac Bretagne
16.10.2021, 16:30 - 23:30

16:30 – Intro
16:45 – Guillaume Pellay | Entretien
17:30 – Anaïs Touchot | Pièce sonore / Entretien
17:55 – Francis Raynaud | Pièce sonore / Entretien
18:35 – Mathis Berchery | Entretien
19:30 – Rubie | Playlist / Entretien
20:00 – [EN DIRECT] Emilien Chesnot | Lecture
20:30 – Emilien Chesnot | Pièce sonore / Entretien
20:45 – [EN DIRECT] Mathis Berchery | Performance
21:45 – [EN DIRECT] Alisson Schmitt | Playlist / Performance / Entretien
21:45 – Morgan Azaroff | Pièce sonore / Entretien
22:20 – [EN DIRECT] Mathis Berchery | Performance
22:30 – [EN DIRECT] Rubie | Concert
23:30 – Fin

TELL ME cherche à rendre compte d’une scène artistique qui associe pop culture et abstraction des formes.
TELL ME 2021 s’intéresse à la scène émergente en Bretagne.
Au programme : soap opera, stress&objets, caricaturiste, chansons insupportables, magie, apesanteur, récits&boissons, R’n’B onirique et vaporeux, langages informatisés.

TELL ME est un projet du Frac Bretagne, du Musée des beaux-arts de Rennes, de La Criée centre d’art contemporain et de 40mcube.

Avec *Duuu Radio, Morgan Azaroff, Mathis Berchery, Emilien Chesnot, Guillaume Pellay, Francis Raynaud, Rubie, Alisson Schmitt et Anaïs Touchot.

Écouter
01.11.18
Le maître ignorant
Massimiliano Baldassarri
49'57"
Lire (58)
Lire (58)
01.11.18
Écouter

Le maître ignorant, cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle (1987), par Jacques Rancière

Chapitre premier 1/5 : Une aventure intellectuelle (8’01)
2/5 : L’ordre explicateur (12’59)
3/5 : Le hasard et la volonté (10’32)
4/5 : Le Maître émancipateur (7’56)
5/5 : Le cercle de la puissance (10’29)

« Le mythe pédagogique, disions-nous, divise le monde en deux. Il faut dire plus précisément qu’il divise l’intelligence en deux. Il y a, dit-il, une intelligence inférieure et une intelligence supérieure. La première enregistre au hasard des perceptions, retient, interprète et répète empiriquement, dans le cercle étroit des habitudes et des besoins. C’est l’intelligence du petit enfant et de l’homme du peuple. La seconde connaît les choses par les raisons, elle procède par méthode, du simple au complexe, de la partie au tout. C’est elle qui permet au maître de transmettre ses connaissances en les adaptant aux capacités intellectuelles de l’élève et de vérifier que l’élève a bien compris ce qu’il a appris. Tel est le principe de l’explication. Tel sera désormais pour Jacotot le principe de l’abrutissement. »

Jacques Rancière, Le Maître ignorant.

En l’an 1818, Joseph Jacotot, révolutionnaire exilé et lecteur de littérature française à l’université de Louvain, commença à semer la panique dans l’Europe savante. Non content d’avoir appris le français à des étudiants flamands sans leur donner aucune leçon, il se mit à enseigner ce qu’il ignorait et à proclamer le mot d’ordre de l’émancipation intellectuelle : tous les hommes ont une égale intelligence. On peut apprendre seul, sans maître explicateur, et un père de famille pauvre et ignorant peut se faire l’instructeur de son fils. L’instruction est comme la liberté : elle ne se donne pas, elle se prend. Elle s’arrache aux monopoleurs d’intelligence assis sur le trône explicateur. Il suffit de se reconnaître et de reconnaître en tout autre être parlant le même pouvoir.

Il ne s’agit pas de pédagogie amusante, mais de philosophie et, si l’on veut, de politique. La raison ne vit que d’égalité. Mais la fiction sociale ne vit que des rangs et de leur inlassable explication. À qui parle d’émancipation et d’égalité des intelligences, elle répond en promettant le progrès et la réduction des inégalités : encore un peu plus d’explications, de commissions, de rapports et de réformes, et nous y arriverons. La société pédagogisée est devant nous. À sa manière moqueuse, Joseph Jacotot nous souhaite bon vent.
(Texte, Ref : Fayard)

Lecture, son et réalisation : Massimiliano Baldassarri
Jacques Rancière, Le Maître ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Editions Fayard, 1987, p. 16

00
00
00
00