En direct
Volume
Pourquoi lisons-nous (12)
16.04.21
Écouter

Que faire quand nous lisons un texte qui nous rebute, nous déplaît, nous hérisse ou nous scandalise ? Quand nous regardons un film, une série, une œuvre d’art dont les idées ou les messages sont aux antipodes des nôtres et/ou dont l’auteur·e, peut-être génial·e n’est pas fréquentable… ? Fermer le livre ou éteindre l’écran ?
Si l’on pouvait lire sans renoncer à son désaccord ? Lire en contestant, changeant, discutant, sabotant, dérivant, variant… Lire mais sans se soumettre.

Cette rencontre avec Sophie Rabau (enseignante-chercheuse en littérature à l’université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle et auteur·e de L’Art d’assaisonner les textes et Carmen pour changer), Émilie Thomasson (étudiante de M2 en Lettres et Humanités à l’Université de Paris) et Christopher Alexander Kostritsky Gellert va interroger et interpoler ces textes en direct.


Manipulatrice de textes, auteure de B. Comme Homère, Carmen pour changer et L’Art d’assaisonner les textes (parus aux Éditions Anacharsis), Sophie Rabau est enseignante-chercheuse à l’Université Paris 3. Ne séparant pas théorie et pratique littéraire, elle explore la critique créative, cette lirécriture qui propose aux lecteurs et lectrices de faire l’expérience d’une insoumission face à l’autorité du texte littéraire.

Pourquoi lisons-nous est une enquête sur la lecture comme expérience. Cette enquête est menée à travers le recueil de témoignages de lecteur·trice·s divers.es ainsi qu’un cycle de forums animés par des universitaires, écrivain.e.s et d’artistes sur nos manières de lire et façons d’être. À l’instar du « texte ouvert » tel que le définit Lyn Hejinian, ici, la hiérarchie traditionnelle entre l’auteur et ses lecteurs·trice·s se dissout et se rééquilibre. Chaque témoin, chaque lecteur·trice, chaque universitaire, artiste et écrivain·e est une co-enquêteur·trice dans cette communauté d’expériences.

Ce cycle a été créé par Christopher Alexander Kostritsky Gellert, poète et artiste.
Une émission réalisée en partenariat avec le service Action culturelle & scientifique - Université de Paris, en direct depuis le studio *Duuu situé Folie N4 au Parc de la Villette.

Écouter
23.01.18
DEEEP #1
Antonio Contador, Mathilde Villeneuve
102'32"
Plateaux (7)
Plateaux (7)
23.01.18
Écouter

Vendredi 8 décembre 2017, 20h

une programmation de *Duuu au SILENCIO
par MATHILDE VILLENEUVE & ANTONIO CONTADOR

avec SILVIA MAGLIONI & GRAEME THOMSON, MERIS ANGIOLETTI
Sélection musicale : BARBARA QUINTIN

Cette soirée proposée par Mathilde Villeneuve et Antonio Contador est composée de séances performatives et médiumniques.

Les artistes et cinéastes Silvia Maglioni et Graeme Thomson convient à former un comité nocturne pour un tirage de cartes dont les arcanes majeurs et mineurs ont été remplacés par des photogrammes de films - débris de l’inconscient collectif. Pour plonger collectivement dans la matière noire du cinéma, loger dans les états liminaires de la vision, tracer des récits parallèles, voire des possibilités divinatoires, infracter l’imaginaire et faire naître ensemble de nouvelles constellations, correspondances, dichotomies et alliances entre des images somnambules.

L’artiste Meris Angioletti fait quant à elle prendre voix aux lames du tarot de Marseille interprété par Oswald Wirth (1860-1943), qui associe à chaque carte une lettre de l’alphabet hébreu. Dans la pénombre, l’écoute d’une langue imaginaire, poème fait de mots et de bruits, de voix désincarnées emmêlées, arrachées à leur performance d’origine (UT). Un aperçu d’une œuvre nourrie des premières abstractions de la fin du XIXe siècle jusqu’aux formes du « cinéma élargi » des années 1970, des sciences cognitives, de la psychologie, des croyances ésotériques.

Production : *Duuu
Programmation : Antonio Contador et Mathilde Villeneuve
Artistes invités : Silvia Maglioni et Graeme Thomson ; Meris Angioletti
Sélection musicale : Barbara Quintin
Pièces présentées :
Tarot Dark Matter Cinema de Silvia Maglioni et Graeme Thomson
UT (livret de performance) de Meris Angioletti, avec Eric Ganter et Philippe Latreille
Réalisation et jingle : Julien Brulé

00
00
00
00