En direct
Volume
Workshop
27.01.23
Écouter

À l’occasion des 10 ans de la Galerie Paradise, Sophie Lapalu, Cécile Paris, *Duuu radio et les étudiant·es de l’école d’art des Beaux Arts de Nantes Saint Nazaire organisent un plateau radio live et public autour de l’histoire des lieux nantais fondés par des artistes.
Seront présent·es :
Askip
Bonus (représenté par Laurent Moriceau)
MEAN (représenté par Carole Rivalin)
Galerie Paradise (Béatrice Dacher et Michel Gerson)
Galerie RDV (représentée par Jean-François Courilat)
Collectif Toux (représenté par Gauthier Andrieux, Elise Drevet, Pauline Rouet)

Prise de son : Valentin Fleury

Écouter
13.01.22
Ghita Skali
Sophie Lapalu
59'55"
Formes d’arts & de militantismes (1)
Formes d’arts & de militantismes (1)
13.01.22
Écouter

Formes d’arts & de militantismes #1 : Ghita Skali
Premier épisode d’une nouvelle série proposée par Sophie Lapalu

En 2018, j’invite la géographe sociale et porn activiste Rachele Borghi à venir faire une conférence à l’Ecole d’art de Clermont Ferrand sur la façon dont sa recherche sur le porn activisme l’a transformée. A la fin de ce qui s’apparente à une conférence-performance, elle me demande de lui faire un retour, nous, artistes enseignant-es mais aussi étudiant-es car, me dit-elle, nous avons les outils artistiques qui lui manquent.

Me reste depuis une question en suspens : que dois-je répondre à Rachele ? Que peut l’art pour les formes d’activisme ? Impossible pour moi de lui faire un retour avec mon regard déformé à l’art blanc occidental hétéro. J’ai laissé la place aux étudiant-es. Ce dont j’étais sûre cependant, c’est qu’elle avait usé de formats qui me semblaient être également ceux utilisés par les artistes, bien qu’elle ne se réclame pas artiste, mais militante et enseignante. Ce qui est certain également, c’est que sa conférence a marqué durablement toute personne qui y a assisté. La puissance de son discours, allié à un travail de déconstruction de la parole dominante, avait su atteindre son but.

J’ai donc décidé de me tourner vers les artistes et de leur poser ces questions : existe-t-il un espace où les formes d’art et de militantismes peuvent se contaminer ? Où l’art parfois qualifié de social échappe aux éternels critiques d’une pauvreté esthétique et où l’art engagé politiquement ne se voit pas reproché d’être inefficace ? Un espace où l’on ne demande pas aux artistes de choisir entre une position ou l’autre ?

Une émission réalisée par Sophie Lapalu