En direct
Volume
Pourquoi lisons-nous (12)
16.04.21
Écouter

Que faire quand nous lisons un texte qui nous rebute, nous déplaît, nous hérisse ou nous scandalise ? Quand nous regardons un film, une série, une œuvre d’art dont les idées ou les messages sont aux antipodes des nôtres et/ou dont l’auteur·e, peut-être génial·e n’est pas fréquentable… ? Fermer le livre ou éteindre l’écran ?
Si l’on pouvait lire sans renoncer à son désaccord ? Lire en contestant, changeant, discutant, sabotant, dérivant, variant… Lire mais sans se soumettre.

Cette rencontre avec Sophie Rabau (enseignante-chercheuse en littérature à l’université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle et auteur·e de L’Art d’assaisonner les textes et Carmen pour changer), Émilie Thomasson (étudiante de M2 en Lettres et Humanités à l’Université de Paris) et Christopher Alexander Kostritsky Gellert va interroger et interpoler ces textes en direct.


Manipulatrice de textes, auteure de B. Comme Homère, Carmen pour changer et L’Art d’assaisonner les textes (parus aux Éditions Anacharsis), Sophie Rabau est enseignante-chercheuse à l’Université Paris 3. Ne séparant pas théorie et pratique littéraire, elle explore la critique créative, cette lirécriture qui propose aux lecteurs et lectrices de faire l’expérience d’une insoumission face à l’autorité du texte littéraire.

Pourquoi lisons-nous est une enquête sur la lecture comme expérience. Cette enquête est menée à travers le recueil de témoignages de lecteur·trice·s divers.es ainsi qu’un cycle de forums animés par des universitaires, écrivain.e.s et d’artistes sur nos manières de lire et façons d’être. À l’instar du « texte ouvert » tel que le définit Lyn Hejinian, ici, la hiérarchie traditionnelle entre l’auteur et ses lecteurs·trice·s se dissout et se rééquilibre. Chaque témoin, chaque lecteur·trice, chaque universitaire, artiste et écrivain·e est une co-enquêteur·trice dans cette communauté d’expériences.

Ce cycle a été créé par Christopher Alexander Kostritsky Gellert, poète et artiste.
Une émission réalisée en partenariat avec le service Action culturelle & scientifique - Université de Paris, en direct depuis le studio *Duuu situé Folie N4 au Parc de la Villette.

Écouter
06.01.21
There is a crack in everything #3 : Hélène Giannecchini, Voir de ses propres yeux
Joan Ayrton
25'03"
Lire (87)
Lire (87)
06.01.21
Écouter

There is a crack in everything est une exposition qui ouvrira ses portes en janvier 2021 à la galerie Florence Loewy à Paris.
J’y montrerai des photographies et des peintures.
Les photographies ont été faites en 2016. L’exposition est construite autour de leur redécouverte récente, puis de l’assemblage de pièces réalisées en 2019 et 2020.
En 2016 donc, accompagnée d’un groupe de chercheurs et d’amis, j’étais allée arpenter deux barrages de haute montagne dans le Valais suisse, la grande Dixence en premier, puis dans une vallée adjacente, le barrage de Mauvoisin. J’étais fascinée par l’objet, sa forme (prouesse de la modernité), sa fonction, son ambiguïté environnementale, et aussi par sa puissance métaphorique : nous regardions un objet de pur fantasme de la catastrophe.
Tout était question de tension, de rétention, de menace, de possible fracture, de débordement : quand est-ce que la construction craque ? Qu’en est-il de la résistance des matériaux ? De celle des humains, du monde vivant ? Quelle pression peut-on exercer sur un être avant qu’il ne craque ? Ou sur une communauté, sur un peuple ? Quand surgit l’étincelle qui allume le feu ? Quand survient la révolte ?
La redécouverte de ces images m’a replongée dans l’année 2016, nous étions en pleine campagne électorale de Donald Trump, de celle de Bolsonaro, les murs s’érigeaient dans les discours et aux frontières … j’ai ensuite contemplé les quatre années passées, la tension accrue tout au long du chemin, la succession de failles, de débordements, de feux allumés, des plus dévastateurs, bien réels ceux-là, aux plus émancipateurs … #metoo … BLM.
J’ai souhaité, dans le cadre de cette exposition, inviter quatre autrices à venir lire leurs textes : Clara Schulmann, Hélène Giannecchini, Marion Vasseur Raluy et Rosanna Puyol, cette dernière étant éditrice aussi. Les textes d’Hélène et Clara sont parus en 2019 et 2020. Ceux de Rosanna et Marion sont inédits.
Ces récits, et poèmes, le rapport à l’écriture et aux liens établis dans le processus de travail, s’inscrivent selon moi dans ce que monde contemporain développe de plus bouleversant ; ils relèvent d’un acte de résistance aussi intime que collectif, qui d’une façon ou d’une autre, semble avoir mené chacune d’elles, les autrices, à faire tomber un mur, à fracturer un barrage.
“There is a crack in everything, that is how the light gets in” a chanté Léonard Cohen. Ces quatre écritures, ces quatre voix font l’objet d’une série de rendez-vous radiophoniques.”
Joan Ayrton


Hélène Giannecchini

Hélène Giannecchini est écrivaine et critique. Ses recherches portent sur les rapports entre texte et image. Elle enseigne la théorie de l’art contemporain et la création littéraire à l’École Européenne Supérieure de l’Image de Poitiers-Angoulême (EESI). Depuis plusieurs années elle développe un travail d’écriture en collaboration avec des artistes de la scène contemporaine.
Hélène lit ici un extrait de son premier roman Voir de ses propres yeux, paru aux éditions du Seuil en janvier 2020. L’ouvrage est présenté ainsi : c’est l’histoire d’une femme entourée de défunts qu’elle a aimés et dont les noms s’effacent. Pour réinventer son lien à ces présences, elle choisit de les inscrire dans une histoire, celle de l’art et des sciences, qui abolit leurs singularités mais permet de s’adresser à eux. L’anatomie et son cortège de figures sont les supports d’un récit qui explore les possibles de la mort, son extraordinaire pouvoir d’invention et ses liens étroits avec l’image.

Une émission proposée par Joan Ayrton, à l’occasion de son exposition “There is a crack in everything”, présentée en janvier 2021 à la galerie Florence Loewy, avec la complicité de Liza Maignan, directrice de la galerie.

00
00
00
00