En direct
Volume
16.10.21
Écouter

TELL ME | MANIFESTATION DE PERFORMANCES ET DE RADIO
Frac Bretagne
16.10.2021, 16:30 - 23:30

16:30 – Intro
16:45 – Guillaume Pellay | Entretien
17:30 – Anaïs Touchot | Pièce sonore / Entretien
17:55 – Francis Raynaud | Pièce sonore / Entretien
18:35 – Mathis Berchery | Entretien
19:30 – Rubie | Playlist / Entretien
20:00 – [EN DIRECT] Emilien Chesnot | Lecture
20:30 – Emilien Chesnot | Pièce sonore / Entretien
20:45 – [EN DIRECT] Mathis Berchery | Performance
21:45 – [EN DIRECT] Alisson Schmitt | Playlist / Performance / Entretien
21:45 – Morgan Azaroff | Pièce sonore / Entretien
22:20 – [EN DIRECT] Mathis Berchery | Performance
22:30 – [EN DIRECT] Rubie | Concert
23:30 – Fin

TELL ME cherche à rendre compte d’une scène artistique qui associe pop culture et abstraction des formes.
TELL ME 2021 s’intéresse à la scène émergente en Bretagne.
Au programme : soap opera, stress&objets, caricaturiste, chansons insupportables, magie, apesanteur, récits&boissons, R’n’B onirique et vaporeux, langages informatisés.

TELL ME est un projet du Frac Bretagne, du Musée des beaux-arts de Rennes, de La Criée centre d’art contemporain et de 40mcube.

Avec *Duuu Radio, Morgan Azaroff, Mathis Berchery, Emilien Chesnot, Guillaume Pellay, Francis Raynaud, Rubie, Alisson Schmitt et Anaïs Touchot.

Écouter
12.12.17
Quart d’heure américain #7 : Kim Bradford & Joseph Perez
heiwata
09'39"
Pièce (73)
Pièce (73)
12.12.17
Écouter

Activation n°2 de l’oeuvre de Robert Filliou Danse-poème collectif (à performer deux par deux, chacun(e) tournant une roue), 1962.
Kim Bradford & Joseph Perez

Dans le cadre de l’exposition “Quart d’heure américain” et de son programme de performances, concerts et poésies, Kim Bradford et Joseph Perez présentent une interprétation de l’oeuvre de Robert Filliou, Danse-poème collectif, (à performer deux par deux, chacun(e) tournant une roue), 1962. Mêlant références à l’univers médiatique et au monde de l’art, les deux artistes proposent un précis d’utilisation de la pièce entre le concours et l’émission de télé-réalité.

* Kim Bradford est née en 1991. Elle vit et travaille à Paris. Artiste plasticienne, sa pratique associe installation, performance, sérigraphie et sculpture. Kim Bradford envisage le monde et les rapports humains comme des espaces de réflexion, d’interaction et des supports de création. Entremêlant l’art et la vie avec ironie et poésie, le jeu occupe une place primordiale dans sa pratique. Invitant le spectateur à prendre part à ses recherches, elle questionne son rôle et son pouvoir de décision. Diplômée avec les Félicitations du jury de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux arts de Paris en 2017, elle a notamment travaillé au sein des ateliers de Claude Closky et de Tania Bruguera et a étudié à la Cooper Union School of the Art à New York. Elle a participé à de nombreuses expositions collectives entre Lille, Paris, New-York et La Havane. En 2017 elle intègre le collectif de sérigraphes Atelier La Banane. À l’occasion de Quart d’heure américain, Kim Bradford invite Joseph Perez à collaborer avec elle.

QUART D’HEURE AMÉRICAIN, 10-26 novembre 2017, Mains d’Œuvres

Une proposition de heiwata (Elsa Delage, Anaïs Lepage, Alma Saladin, Aurélie Vandewynckele)

Autour de l’oeuvre de Robert Filliou Danse-poème collectif (à performer par deux, chacun(e)s tournant une roue), 1962, et en affinité avec Fluxus, l’exposition “Quart d’heure américain” réunit en duo quatorze artistes qui réactualisent des objets, des formes, des langages et des savoirs dont l’usage est désormais délaissé. Collaborant sur le mode de la symbiose, de l’association fortuite, ou de la confrontation formelle, ils allient dessin, sculpture, vidéo, installation, poésie et performance.

Pensée en mouvement comme un protocole à interpréter, l’exposition “Quart d’heure américain” est activée de façon performative, discursive et sonore le samedi 18 novembre 2017. Artiste-théoricien, performeurs et musiciens proposent une interprétation d’un duo, d’un artiste ou de la notion de désuétude.

Dans le cadre du 50e Congrès de l’AICA (Association Internationale des Critiques d’Art)
Avec le soutien de Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture

00
00
00
00