En direct
Volume
Pourquoi lisons-nous (12)
16.04.21
Écouter

Que faire quand nous lisons un texte qui nous rebute, nous déplaît, nous hérisse ou nous scandalise ? Quand nous regardons un film, une série, une œuvre d’art dont les idées ou les messages sont aux antipodes des nôtres et/ou dont l’auteur·e, peut-être génial·e n’est pas fréquentable… ? Fermer le livre ou éteindre l’écran ?
Si l’on pouvait lire sans renoncer à son désaccord ? Lire en contestant, changeant, discutant, sabotant, dérivant, variant… Lire mais sans se soumettre.

Cette rencontre avec Sophie Rabau (enseignante-chercheuse en littérature à l’université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle et auteur·e de L’Art d’assaisonner les textes et Carmen pour changer), Émilie Thomasson (étudiante de M2 en Lettres et Humanités à l’Université de Paris) et Christopher Alexander Kostritsky Gellert va interroger et interpoler ces textes en direct.


Manipulatrice de textes, auteure de B. Comme Homère, Carmen pour changer et L’Art d’assaisonner les textes (parus aux Éditions Anacharsis), Sophie Rabau est enseignante-chercheuse à l’Université Paris 3. Ne séparant pas théorie et pratique littéraire, elle explore la critique créative, cette lirécriture qui propose aux lecteurs et lectrices de faire l’expérience d’une insoumission face à l’autorité du texte littéraire.

Pourquoi lisons-nous est une enquête sur la lecture comme expérience. Cette enquête est menée à travers le recueil de témoignages de lecteur·trice·s divers.es ainsi qu’un cycle de forums animés par des universitaires, écrivain.e.s et d’artistes sur nos manières de lire et façons d’être. À l’instar du « texte ouvert » tel que le définit Lyn Hejinian, ici, la hiérarchie traditionnelle entre l’auteur et ses lecteurs·trice·s se dissout et se rééquilibre. Chaque témoin, chaque lecteur·trice, chaque universitaire, artiste et écrivain·e est une co-enquêteur·trice dans cette communauté d’expériences.

Ce cycle a été créé par Christopher Alexander Kostritsky Gellert, poète et artiste.
Une émission réalisée en partenariat avec le service Action culturelle & scientifique - Université de Paris, en direct depuis le studio *Duuu situé Folie N4 au Parc de la Villette.

Écouter
10.04.18
Ève Chabanon : Antisocial Social Club
*Duuu, Margaux Luchet
09'52"
Conversation (88)
Conversation (88)
10.04.18
Écouter

Sur l’invitation de l’équipe du 9ème prix Sciences Po pour l’art contemporain, *Duuu a sélectionné trois œuvres de l’exposition, basée cette année sur le thème de l’indifférence, et réalisé trois portraits radiophoniques.

Ève Chabanon est artiste, diplômée de l’école supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg. Sous le nom de Encorencore, elle réalise en 2012 un cycle d’expositions et de rencontres de six mois au sein de l’espace indépendant 22RUEMULLER à Paris. Elle intègre en 2013-2014 le master intitulé “L’Art contemporain et son exposition” à l’Université Paris IV Sorbonne. En 2014, elle est chargée des éditions aux Laboratoires d’Aubervilliers où elle intervient régulièrement. En 2014, elle co-fonde la maison d’éditions IDLM avec Thomas Bizzarri avec le soutien du CNAP. Sa pratique oscille entre performance, écriture, commissariat, édition et graphisme.

Le Prix Sciences Po pour l’art contemporain récompense chaque année depuis 2010 deux jeunes artistes émergents, de moins de 35 ans, travaillant en France. Il a une double vocation ; promouvoir la jeune création dans un lieu non conventionnel de la culture et fédérer étudiants et professionnels du milieu de la culture autour de l’art.

Produit de l’incertitude, de la méconnaissance, ou bien encore d’un sentiment d’impuissance face aux désordres de la société, l’indifférence est la manifestation d’un manque d’attention, de compréhension et d’empathie envers autrui. Que peut l’art face à la fragmentation de ces liens sociaux ? La rencontre entre l’artiste et ses publics autour de l’œuvre d’art peut-elle être un facteur de cohésion et contribuer à un meilleur dialogue ?

Une émission réalisée par Margaux Luchet en partenariat avec l’équipe du 9ème prix Sciences Po pour l’art contemporain.

00
00
00
00