En direct
Volume
Pourquoi lisons-nous (12)
16.04.21
Écouter

Que faire quand nous lisons un texte qui nous rebute, nous déplaît, nous hérisse ou nous scandalise ? Quand nous regardons un film, une série, une œuvre d’art dont les idées ou les messages sont aux antipodes des nôtres et/ou dont l’auteur·e, peut-être génial·e n’est pas fréquentable… ? Fermer le livre ou éteindre l’écran ?
Si l’on pouvait lire sans renoncer à son désaccord ? Lire en contestant, changeant, discutant, sabotant, dérivant, variant… Lire mais sans se soumettre.

Cette rencontre avec Sophie Rabau (enseignante-chercheuse en littérature à l’université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle et auteur·e de L’Art d’assaisonner les textes et Carmen pour changer), Émilie Thomasson (étudiante de M2 en Lettres et Humanités à l’Université de Paris) et Christopher Alexander Kostritsky Gellert va interroger et interpoler ces textes en direct.


Manipulatrice de textes, auteure de B. Comme Homère, Carmen pour changer et L’Art d’assaisonner les textes (parus aux Éditions Anacharsis), Sophie Rabau est enseignante-chercheuse à l’Université Paris 3. Ne séparant pas théorie et pratique littéraire, elle explore la critique créative, cette lirécriture qui propose aux lecteurs et lectrices de faire l’expérience d’une insoumission face à l’autorité du texte littéraire.

Pourquoi lisons-nous est une enquête sur la lecture comme expérience. Cette enquête est menée à travers le recueil de témoignages de lecteur·trice·s divers.es ainsi qu’un cycle de forums animés par des universitaires, écrivain.e.s et d’artistes sur nos manières de lire et façons d’être. À l’instar du « texte ouvert » tel que le définit Lyn Hejinian, ici, la hiérarchie traditionnelle entre l’auteur et ses lecteurs·trice·s se dissout et se rééquilibre. Chaque témoin, chaque lecteur·trice, chaque universitaire, artiste et écrivain·e est une co-enquêteur·trice dans cette communauté d’expériences.

Ce cycle a été créé par Christopher Alexander Kostritsky Gellert, poète et artiste.
Une émission réalisée en partenariat avec le service Action culturelle & scientifique - Université de Paris, en direct depuis le studio *Duuu situé Folie N4 au Parc de la Villette.

Écouter
23.11.20
Correspondances Cosmiques #1
Pierrick Mouton
37'16"
Pièce (189)
Pièce (189)
23.11.20
Écouter

Correspondances cosmiques #1 : Messages aux extraterrestres
Pierrick Mouton - Milan Otal

avec la participation des élèves du Lycée Aristide Briand du Blanc-Mesnil (93)
Frédéric Baudin, enseignant-chercheur à l’Institut d’Astrophysique Spatiale, Université de Paris-Saclay (91)
Raphaële Besnainou et Anissa Hamidi, professeurs au Lycée Aristide Briand du Blanc-Mesnil.

En 1977, fut envoyé par la NASA le Voyager Golden Record. Ce disque comprend de nombreuses informations sonores sur la Terre et ses habitants, dressant un portrait audio de la diversité de la vie et de la culture terrestre (bruits du vent, du tonnerre, d’animaux, de cris de nourrisson, d’extraits de textes littéraires ou de musique). Embarqués dans la sonde spatiale Voyager, ces extraits sonores s’apparentent à une « bouteille à la mer interstellaire » destinée à d’éventuels êtres extraterrestres.

Cette histoire est le point de départ d’une création sonore imaginée avec les élèves du lycée Aristide Briand du Blanc-Mesnil, dans le cadre du projet d’éducation artistique et culturelle Tohu Bahut. Par des captations, des interviews, des ateliers d’écritures, les élèves livrent un portrait d’eux-mêmes adressé à un autre fantasmé. Parfois drôle, mystérieux ou loufoques, ces messages envoyés à d’hypothétiques extraterrestres se veulent une porte d’entrée vers l’imaginaire et le cosmos.

Réalisation : Pierrick Mouton et Milan Otal
Voix : Sophie Demay et Noé Mercier
Musique originale : Jim Grandcamp
Mixage : Ferdinand Artur

Production La Pop
Coproduction DUUU Radio & Collectif Pronaos

Une création produite par La Pop encadrée par Pierrick Mouton et Milan Otal, dans le cadre du projet Tohu Bahut.
Avec le soutien de la Région Île-de-France dans le cadre du dispositif Programme d’éducation artistique et culturelle.

00
00
00
00