En direct
Volume
Pourquoi lisons-nous (12)
16.04.21
Écouter

Que faire quand nous lisons un texte qui nous rebute, nous déplaît, nous hérisse ou nous scandalise ? Quand nous regardons un film, une série, une œuvre d’art dont les idées ou les messages sont aux antipodes des nôtres et/ou dont l’auteur·e, peut-être génial·e n’est pas fréquentable… ? Fermer le livre ou éteindre l’écran ?
Si l’on pouvait lire sans renoncer à son désaccord ? Lire en contestant, changeant, discutant, sabotant, dérivant, variant… Lire mais sans se soumettre.

Cette rencontre avec Sophie Rabau (enseignante-chercheuse en littérature à l’université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle et auteur·e de L’Art d’assaisonner les textes et Carmen pour changer), Émilie Thomasson (étudiante de M2 en Lettres et Humanités à l’Université de Paris) et Christopher Alexander Kostritsky Gellert va interroger et interpoler ces textes en direct.


Manipulatrice de textes, auteure de B. Comme Homère, Carmen pour changer et L’Art d’assaisonner les textes (parus aux Éditions Anacharsis), Sophie Rabau est enseignante-chercheuse à l’Université Paris 3. Ne séparant pas théorie et pratique littéraire, elle explore la critique créative, cette lirécriture qui propose aux lecteurs et lectrices de faire l’expérience d’une insoumission face à l’autorité du texte littéraire.

Pourquoi lisons-nous est une enquête sur la lecture comme expérience. Cette enquête est menée à travers le recueil de témoignages de lecteur·trice·s divers.es ainsi qu’un cycle de forums animés par des universitaires, écrivain.e.s et d’artistes sur nos manières de lire et façons d’être. À l’instar du « texte ouvert » tel que le définit Lyn Hejinian, ici, la hiérarchie traditionnelle entre l’auteur et ses lecteurs·trice·s se dissout et se rééquilibre. Chaque témoin, chaque lecteur·trice, chaque universitaire, artiste et écrivain·e est une co-enquêteur·trice dans cette communauté d’expériences.

Ce cycle a été créé par Christopher Alexander Kostritsky Gellert, poète et artiste.
Une émission réalisée en partenariat avec le service Action culturelle & scientifique - Université de Paris, en direct depuis le studio *Duuu situé Folie N4 au Parc de la Villette.

Écouter
18.04.20
La voix est une langue, les mots en sont une autre
Pierrick Mouton, Sophie Demay
11'57"
Pièce (136)
Pièce (136)
18.04.20
Écouter

Augusto Boal, metteur en scène et activiste brésilien, développe dans les années 70 la méthode du Théâtre de l’opprimé. Un théâtre militant et révolutionnaire dont le but est d’inspirer un changement social et politique radical pour combattre le régime autoritaire brésilien. Un théâtre qui ne représente plus mais qui permet de prendre la parole. Un théâtre qui appartient à tout le monde et qui donne les moyens de s’auto-organiser. Un theâtre d’agitation.

Dans cette méthode égalitaire et anti-hiérarchique, le Joker incarne la figure du metteur en scène. Le Joker comme métaphore de l’enseignant peut nous aider à penser une pédagogie radicale, une pédagogie du lien, de l’action et du jeu.

Une proposition de Sophie Demay et Pierrick Mouton.
Réalisation : Pierrick Mouton
D’après, Augusto Boal, le Théâtre de l’opprimé (1973) et Jeux pour acteurs et non-acteurs (1997).

Extraits sonores:

  • Augusto Boal (1978), extrait du DVD Theatre of the Oppressed in Actions (Routledge, 2015).
  • Augusto Boal (2005), atelier Théâtre Législatif, Festival Le plus beau théâtre du monde.

Musique:

  • Pauline Oliveros, Sound pattern (Extended voices, 1967)
  • Pauline Oliveros, Procession/Peregrinacion et Greetings/Saludos (Ghostdance,1998)
00
00
00
00