En direct
Volume
01.10.22
Écouter

Shit talk aka 4Dx realness
Soirée de fin de résidence d’une semaine à *Duuu avec Claire Finch, Fallon Mayanja, Louise Siffert et Sandar Tun Tun.

Do you know about 4Dx? It’s like 3D, only more intense. It has sound, but also: it smells, it vibrates, it collaborates.
A private party with public sentiment, with Claire Finch Fallon Mayanja Louise Siffert Sandar Tun Tun.
.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾
Shit talk aka 4Dx realness
Tu connais le 4Dx ? C’est la 3D mais en plus intense. Il y a du son, mais aussi des odeurs, des vibrations et des collaborations.
Une fête privée avec un public sentiment et avec Claire Finch Fallon Mayanja Louise Siffert Sandar Tun Tun.

Claire Finch
.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾
est auteur*rice et chercheur*euse. Son travail de « ficto-théorie » fait interagir études de genre et narrations radicales dans des récits exemplifiant des stars queer. Ielle a fait paraître, avec Justin Gajoux, Kathy Acker 1971-1979, Ismael, 2019; Chapter 15 I Lie On The Floor, After 8 Books, 2021. Ielle a notamment contribué au volume Lettres aux jeunes poétesses, L’Arche, 2021. Ses textes sont publiés dans de nombreuses revues universitaires et supports littéraires et artistiques. On lui doit, par ailleurs, avec Sabrina Soyer, la traduction de Debbie : une épopée de Lisa Robertson, Joca Seria, 2021. Seul.e ou à plusieurs, comme avec le collectif RER Q dont ielle fait partie, ielle donne des lectures, conférences et performances, hybridant les savoirs et les pratiques, en France et à l’étranger, comme par exemple à l’ICA Londres, Badischer Kunstverein Karlsruhe, Palais de Tokyo Paris, Fondation Ricard Paris, Centre Pompidou Paris.

Fallon Mayanja
.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾
artiste dont le travail traite du son et de la performance. Le travail de Fallon, orienté vers la tangibilité sonore et la pédagogie politique, questionne les formes de communication existantes et recherche des pratiques alternatives de réception et d’interaction, par le son et la voix. Fallon cherche à connaître les zones de contact entre le corps - son, son - société et leur communication en étudiant les formes sonores (vibrations, voix, musique, synthèse, programmation…) comme dispositifs d’activation sensorielle et de narratif. Utilisant principalement l’électronique comme outils de partage, de connexion, et d’écoute, la production artistique conduit à une analyse de l’audible et de l’inaudible, du visible et de l’invisible, du non-dit et de l’indicible des sujets et des objets sonores. Les performances de Fallon Mayanja ont été présentées au FRAC Lorraine - Metz (2021), Creamcake - Berlin (2019), ou à The Place et CUNTemporary - Londres (2019). Son travail a été exposé en Europe et à l’international : à Lisbonne (2020), Mexico (2019), Thessalonique (2019), Berlin (2020) et Braga (2021). En 2020, Fallon était lauréate du projet La Vie Bonne porté par le Cnap.

Louise Siffert
.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾
Détournant les codes de l’aliénation contemporaine, des formes du management comme de la recherche du bien-être, les projets et performances de Louise Siffert privilégient un théâtre à dimension sculpturale, burlesque et corrosif, nourri de sciences sociales. Elles lui ont inspirées, entre autres, une comédie musicale Gut Feelings (2020-2021), un film conçu pour son solo exposition au BBB Centre d’Art, et dont une version vinyle augmentée-Gut Feelings–Melodies and Aromas (2021) a été produit dans le cadre de l’appel à projet “La Vie bonne” porté par Aware et le CNAP, édité par *DUUU Radio. Son travail ces dernières années a été présenté dans de nombreux lieux à la Panacée à Montpellier, à la Synagogue de Delme, aux Laboratoires d’Aubervilliers, à L’Atelier de Paris-Carolyn Carlson, au Palais de Tokyo, au BBB à Toulouse, au Capc-Bordeaux … Elle est membre de DOC, espace artistique autogéré à Paris.

Sandar Tun Tun
.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾.̾
Né·e en 1989 (CH). Vit et travaille à Marseille (FR). Sandar Tun Tun construit son travail autour de la fabulation, de nouvelles alliances et trajectoires collaboratives. Artiste, chercheur·euse, DJ et compositeur·rice iel développe une pratique sonore, spatiale et performative centrée autour de l’écoute, réactivité sensible et critique. Ses installations, compositions, performances, sets audiovisuels ou écritures collectives s’intéressent aux conditions de coexistence au sein de cultures dominantes, à l’espace d’apparition/disparition, au lien entre technologie et spiritualité, écologies non-humaines et conscience collective et donnent lieu à des projets aux langages hybrides allant de la création d’entitées à l’organisation de soirées de poésie sonore.

Écouter
17.05.18
SorcièreNuAnonyme (2/2)
*Duuu
138'37"
Plateaux (9)
Plateaux (9)
17.05.18
Écouter

au cneai =

Une émission réalisée en direct par *Duuu
Dans le cadre du laboratoire Valuations / programme de recherche R.A.R.E.
Séminaire conçu par l’ENSAD Nancy, Designing Writing et le cneai =
du 6 au 8 avril 2018

avec notamment :

Alexandru Balgiu
Sylvie Boulanger
Alexandre Périgot
Anne Frémy
Jérémie Gaulin & Anaïs Lepage
Pierre Musso & Rémi Babinet
Christophe Jacquet & Thierry Chancogne
Moyra Davey & Julia Born
Julien Prévieux
Frances Stark
Joe Wright
Malgorzata Grygielewicz
Benoît Verjat & Alexis de Raphélis
Carla Miller, Pierre Vanni, World Wide Wait
Valentina Traïanova
Dépense Défensive

SorcièreNuAnonyme 1/2 : 3h53

SorcièreNuAnonyme 2/2 : 2h18

Michel Foucault, le 6 avril 1980, accepte une interview pour le journal Le Monde, à condition qu’elle soit anonyme. Il propose que soit lancée une année de publication sans auteur : “Par nostalgie du temps, ou étant tout à fait inconnu, ce que je disais avait quelques chances d’être entendu. Avec le lecteur éventuel, la surface de contact était sans ride. Les effets du livre rejaillissaient en des lieux imprévus et dessinaient des formes auxquelles je n’avais pas pensé. Le nom est une facilité”

Le séminaire SorcièreNuAnonyme propose de s’interroger sur la valeur de l’anonymat et son corollaire, l’autorité en oeuvre dans la distribution du savoir, notamment dans le champ artistique. À travers un prisme poétique et parfois mystique, les intervenants sont invités à expérimenter diverses formes de transmission : conférences performées, projections, impressions, conversations, etc. De l’autre côté du miroir, SorcièreNuAnonyme sera GRENUE à l’occasion d’un nouvel épisode éditosensoriel & polyphonique proposé par l’expédition Designing Writing (ECAL, Lausanne).

SorcièreNuAnonyme s’attaque aux enjeux liés aux formes et aux forces artistiques, aux voix composées, voire à la sorcellerie et au chamanisme. Le sorcier, l’anonyme, est celui qui a l’aptitude de se mouvoir dans un espace qui diffère de son espace propre. Il va au-delà de lui-même, se démultiplie. Il parle une langue impropre. Sa glossolalie est autonome et souveraine. Devant un voile étranger, nous sommes seuls quand lui est un millier.

La recherche en art est le seul domaine de recherche qui travaille sur son hors-champ. Face à ces problématiques de création, de singularité et de reconnaissance, les intervenants proposent d’imaginer une scène expérimentale et alternative de confrontation d’idées, en dehors des formats classiques de conférences.

Ce séminaire s’inscrit dans la continuité des recherches entamées par le groupe de recherche transdisciplinaire Valuations, fondé par le CNEAI= et l’Ecole Nationale Supérieure d’Art et de Design de Nancy en 2014. Le programme de recherche, R.A.R.E (research art researchers & evaluations), prend la suite en expérimentant des formes et des transmissions spécifiques aux projets de recherches artistiques. Étudiants, artistes, acteurs de l’art y trouvent un espace commun et public.

PONCTUATIONS : VENDREDI, SAMEDI ET DIMANCHE« Figures interdites » (2012) de Christophe Jacquet, « Réanimations » (1993) de Alexandre Périgot, « Diaporama II » (2018) de Sylvie Boulanger. Alexandru Balgiu et ses invités Designing Writing ponctueront ces trois jours et s’intéresseront aux approches haptiques du texte et de l’image, aux pratiques d’écriture et de lecture par contact. Avec : Moyra Davey, Éléonore Devevey, Julia Born, Frances Stark, Olivier Lebrun. Fragments de lectures proposés par Marcelline Delbecq. Bulkartbooks, une plateforme dédiée aux livres d’artistes, s’installe samedi dans l’espace d’exposition avec une sélection d’éditions de jeunes artistes. Diverses surprises et actions spontanées

MURS ET TABLES EXPOSÉSDesigning writing (Alexandru Balgiu), Bibliomania (Alexandru Balgiu et Olivier Lebrun), Fonds perdus (réalisé par Albéric Vuillemin, Marina Uribe, Emilien Bonnet, Lorraine Longuet, sur une idée de Christophe Jacquet), Speaking Volumes (Loraine Furter).

RADIO *Duuu

PARFOIS, J’AI L’IMPRESSION DE M’ADRESSER A VOTRE CUIR CHEVELU. Cinq complices se répartissent dans l’espace et utilisent leur smartphone pour discuter, capturer des instants, prendre des notes, rechercher des références, dessiner, interagir sur les réseaux sociaux… Les écrans sont retransmis en direct sur une projection qui agit comme un commentaire permanent sur l’événement qui met en évidence les « tâches de fond » exécuté discrètement depuis une main devenue écran. Avec les étudiants de l’ENSAD Nancy et Benoît Verjat

VENDREDI, Alexandre Périgot ouvre ces journées par une ballade de l’anonymat ; Anne Frémy commente les figures passionnelles et solitaires de l’architecture, sorciers ou mages, créateurs de rituels et d’édifices magiques mais aussi de vêtements, destinés à habiller leurs rêves d’Homme Nu. Jérémie Gaulin et Anaïs Lepage lance le second numéro de « Emergency », fragments de correspondances, de matériaux textuels et visuels échangés entre Mexico, Paris et Tanger, et le salon littéraire « La communauté sans nom ». Les décors anonymes des films classés X sont présentés dans le film « Ikki Porn » de Jef Geys, réalisé en 2014. Dans « El Sicario » de Gianfranco Rosi, 2010, un tueur à gages en cavale, le visage couvert de voiles noirs, et un crayon feutre à la main, raconte depuis la chambre d’un motel, vingt ans de commandes au cœur de la mafia mexicaine. DE 17H À 20H

SAMEDI, Pierre Musso et Rémi Babinet échangent sur la marque, sa généalogie, son empire. Thierry Chancogne et Christophe Jacquet s’imaginant l’un « belle page » et l’autre « fausse page », questionnent la réversibilité, la complémentarité, la dualité information/recherche et la double-page. Le duo d’artistes australiens A Constructed World et leurs invités s’adressent aux anguilles du Canal de l’Ourcq. Designing Writing invite Éléonore Devevey, Moyra Davey & Julia Born et Frances Stark. Julien Prévieux, explore à travers le prisme de l’intelligence artificielle, un nouvel oxymore, les connus inconnus — des objets voire des êtres humains si familiers mais qui nous sont pourtant parfaitement étrangers. Joe Wright communique ses expériences musicales avec des jeunes autistes, et conclue la journée avec une performance de musique improvisée. DE 14H A 20H

DIMANCHE, Malgorzata Grygielewicz repart du mythe d’Ulysse pour interroger les notions de création et d’auteur. Nous partageons un moment collectif et performatif avec Alexis de Raphélis et Benoît Verjat autour de personnages, de gestes, et d’instruments rencontrés lors d’une de leur résidence à la Réunion en octobre 2017. La projection d’un film qui sert de plateau de tournage rend présents ses protagonistes. Une expérience de walktrough est proposée par Pierre Vanni, d’après un jeu vidéo conçu et réalisée en collaboration avec Émilien Bonnet et Carla Miller. Après les propositions des invités de Designing Writing, Olivier Lebrun et Valentina Traïanova, Dépense Défensive conclut la journée et propose une réflexion sur la barricade à travers la publication d’un livre et une lecture performée. DE 14H A 19H

L’expédition Designing Writing (soutenue par le Réseau de Compétence Design et Arts Visuels de HES-SO) est dirigée par Alexandru Balgiu.

Le laboratoire Valuations / programme de recherche R.A.R.E est co-dirigé par l’ENSAD Nancy – École nationale supérieure d’art et de design de Nancy — et le CNEAI=, Centre national édition art image.
Directeurs du programme : Sylvie Boulanger, Christian Debize et Christophe Jacquet.

00
00
00
00