En direct
Volume
Écouter
17.04.20
Le studio des écritures #12 : Marco Godinho
Sally Bonn
61'12"
Le studio des écritures (12)
Le studio des écritures (12)
17.04.20
Écouter

« l’écriture est un geste d’incertitude »

Ce douzième entretien du Studio des écritures s’est déroulé le vendredi 10 avril 2020 par Skype, pendant la période de confinement, entre Marco Godinho chez lui au Luxembourg et Sally Bonn chez elle à Paris. Le travail de Marco Godinho se déploie sous formes de vidéos, d’installations, de dessins, de performances et d’écritures. Il s’intéresse aux déplacements culturels, géographiques et à la traversée des frontières. Il pratique un art nomade en travaillant à échapper à toute forme d’enfermement ou d’appartenance : à un territoire, à une langue, à une nation et à une désignation artistique. La pratique de l’écriture y a une part déterminante.

Le studio des écritures est une série d’entretiens réalisés par Sally Bonn avec des artistes qui ont une pratique d’écriture. L’entretien se déroule dans l’atelier de l’artiste, en présence des œuvres, dans l’espace de travail et porte sur sa pratique des mots : sa nécessité, sa place en regard de la pratique plastique, ce qui s’y joue, comment cette pratique s’inscrit dans le quotidien de l’artiste, comment concrètement l’artiste écrit, à quel endroit de l’atelier, à quel moment, avec quelle régularité… est-ce un espace d’exposition de soi, de réflexion sur le travail, de compréhension, de retour sur soi… la relation que l’écriture a avec la lecture… avec d’autres textes d’artistes, ou la littérature, la philosophie, la théorie en général et la théorie de l’art, l’histoire de l’art, la critique d’art…

Sally Bonn est maître de conférences en Esthétique à l’Université de Picardie, critique d’art et commissaire d’exposition. Elle dirige la collection d’écrits d’artistes Les Indiscipliné.e.s aux éditions Macula. Son dernier ouvrage : Les mots et les œuvres est paru au Seuil en 2017.

Jingle de l’émission composé à partir d’un fragment d’une pièce sonore de l’artiste Benjamin Laurent Aman.