En direct
Volume

TNHCH (acronyme de The Night He Came Home) est un groupe de rock expérimental né à Rennes en 2013 sous l’impulsion de Corentin Canesson (guitares) et Arthur Beuvier (machines, synthétiseurs). Au départ davantage concentré sur la création de performances live imaginées dans le cadre de nombreuses manifestations artistiques locales, le duo est rejoint à Paris en 2016 par Damien Le Dévédec (basse, chant) et Tim Karbon (batterie, percussions). TNHCH est désormais renforcé par la présence de Maëla Bescond au chant lead, et leur son commence à osciller progressivement entre un trip-hop sous opioïdes et un post-rock mâtiné de guitares bruitistes et de batteries tribales. À l’issue d’une session intensive d’une semaine de composition et d’enregistrement simultanés, le groupe commence à dessiner les contours du projet « ULTRA », dont la sortie (toujours en indépendant) est prévue pour le 23 Octobre 2020.
Pour cet opus, toutes les paroles des morceaux sont issues de textes de la main de Rene Ricard. La réalisation des pochettes vinyles a quant à elle été confiée à une trentaine de plasticien-nes parmi les proches du groupe et autres figures fortes de la scène artistique contemporaine. Chacun.ne d’entre elle.ux a ainsi produit une série de dix pièces uniques.

Écouter
09.07.19
La Chambre : Laura Gozlan et Pedro Morais
Sleep Disorders
101'53"
La Chambre (19)
La Chambre (19)
09.07.19
Écouter

Sleep Disorders est un projet curatorial créé à Berlin en 2010 par les artistes Marion Auburtin & Benjamin L. Aman, actuellement basé à Aubervilliers.

Laura Gozlan
Laura Gozlan est une artiste française s’étant spécialisée dans l’installation vidéo. Ses films ont été projetés au Grand Palais, au Jeu de Paume, à la Cinémathèque française et lors de nombreux festivals européens. Ses pièces sont exposées à La Panacée, CCC de Montpellier, à Micro-onde - CAC de Vélizy-Villacoublay, à l’Ecole du MAGASIN à Grenoble et dans le cadre de la 47ème édition du Festival d’Arles. Elle est représentée par la galerie Valeria Cetraro à Paris. Sa pratique s’articule autour de films expérimentaux, de vidéos et d’installations visuelles assemblant documents, sculptures et maquettes. Elle s’approprie des images empruntées au cinéma de genre et au film scientifique qu’elle réarrange au montage. Elle s’intéresse aux utopies scientifiques et aux communautés que celles-ci fédèrent avec une prédilection pour leur représentation dans les sous-genres cinématographiques. Ses pièces explorent les liens entre Contre-culture et posthumanisme, ses mythes fondateurs (New-age, cybernétique) et ses dystopies.

Pedro Morais
Pedro Morais est critique d’art et commissaire d’exposition indépendant. Diplômé en sciences de la communication à l’Universidade do Minho (Portugal), avec une formation en histoire de l’art et études cinématographiques à l’Université d’Aix-Marseille, il collabore régulièrement avec plusieurs revues (Art Press, Zéro Deux, Les Inrockuptibles, Beaux Arts Magazine, Crash…) et intervient dans différentes écoles d’art. Il porte un regard attentif sur la modernité critique et les études de genre et post-coloniales.

Références citées pendant l’entretien :
Mum please, 2019. Vidéo HD, couleur, son, 5min26. Réalisé par Laura Gozlan, filmé avec Laurine Perrot, Davide Cascio
Krokodil, effects of flesh eating new synthetic opiate, 2014. Vidéo produite par News Direct
The Brood, 1979. David Cronenberg. Extrait d’une conversation interprétée par Samantha Eggar et Oliver Reed
The Exorcist, 1973. William Friedkin. Extrait d’une conversation interprétée par Linda Blair et Jason Miller
The monstrous-feminine : film, feminism, psyoanalysis Barbara Creed (London and New York: Routledge, 1993)

Extraits :
Introduction p. 1
1 Kristeva, femininity, abjection p.13-14
Jeunesse Global, 2015

Enregsitré au studio *Duuu/La Villette

00
00
00
00