En direct
Volume
Concert
29.07.21
Écouter

Ce soir en direct du parvis du studio *Duuu à la Villette, un concert du groupe TNHCH.

TNHCH est un groupe d’artistes plasticiens formé par Corentin Canesson, Arthur Beuvier, Damien Le Dévédec, Tim Karbon et Maëla Bescond. Ils sortent en novembre 2020 ULTRA, à l’issue d’une résidence au centre d’art Lizières fondé par l’artiste pluri-disciplinaire Ramuntcho Matta, autour des textes du poète et critique d’art Rene Ricard. Un vinyle dont les pochettes ont été réalisées par 30 plasticien.ne.s dont : Clémentin Adou, Hélène Baril, Eva Barto, Jean Bourdet, Hugo Capron, Antoine Carbonne, Jean-Damien Charmoille, Mathis Collins, Joël Degbo, Hilary Galbreaith, Muriel Giroux, Charlotte Houette, Hélène Janicot, Ana Jotta,Petr Kirusha, François Lancien Guilberteau, Bérénice Lefebvre, Renée Lévi, Ramuntcho Matta, Jean-François Maurige, Julien Monnerie, Ryu Nishiyama, Marianne Pradier, Juliette Roche, K. Sato, Lise Stoufflet, Benjamin Swaim, David Tramut, Virginie Vallée, Xiao Wang.

Un concert proposé par le groupe TNHCH.

Écouter
24.11.16
L’appétence
Anne Le Troter
05'11"
Pièce (31)
Pièce (31)
24.11.16
Écouter

“Le point de départ des récentes pièces d’Anne Le Troter est d’abord la rencontre avec des voisements modelés tels des gestes consciencieusement portés. […] C’est ici à partir des récits d’expériences des membres de communautés ASMR — autonomous sensory meridian response, ou en français, réponse autonome sensorielle méridienne, considérée comme une technique de relaxation par la voix — que l’artiste élabore une nouvelle fois l’écriture d’un script qui devient la partition d’interprétations pour ces protagonistes, soumises ensuite elles-mêmes à la distribution du montage et de l’exposition. Dans un jeu de miroirs et de translations orchestrée par Anne Le Troter, s’échafaude ainsi une mise en scène sans représentation, une scène dont il ne reste que les tropismes d’ex-corporation et d’in-corporation d’interprétants tour à tour sondeurs ou sondés, objets ou sujets d’observations. Dans ces vis-à-vis et va-et-vient, contenus et contenants semblent alors se porter et s’écarter à la fois. Une attente s’installe dans l’intervalle des blancs et des bancs arrangés par l’artiste. Aussi l’apparente tradition structurale dans laquelle s’inscrit par sa nature réflexive et technique, le travail d’Anne Le Troter ne résiste pas à une dimension métaphysique. Dès lors que le langage s’ouvre au geste vocal, la forme ou le style, aussi travaillés soient-ils, ne suffisent pas à imposer la stratégie d’une pensée, aussi déterminée soit-elle. Celle-ci s’ouvre, pour reprendre l’un des chuchoteurs, « à l’image qu’on donne », à l’Appétence suscitée par la figure. Chacun est amené à stationner dans l’attente de cette image, à tendre vers elle par la voix et l’écoute, à entrer dans le cercle de l’enquête ou dans la nébuleuse de l’interprétation, comme dans une coalition (ou une étreinte) passagère.”
Extrait de A tendre, Florence Meyssonnier, Catalogue L’Art dans les Chapelles

Anne Le Troter, L’appétence Pièce sonore, 09’22 (extrait sonore), 2016
Bourse de production : ADAGP
En collaboration avec les artistes ASMR : Final ASMR, Made In France ASMR, Miel ASMR, Mr Discrait, Sandra Relaxation ASMR, The French Whisperer.
Une émission proposée par la BF15 dans le cadre de l’exposition RUN RUN RUN à la Villa Arson de Nice, organisée à l’occasion des vingt ans de La Station.

00
00
00
00