En direct
Volume
Pourquoi lisons-nous (12)
16.04.21
Écouter

Que faire quand nous lisons un texte qui nous rebute, nous déplaît, nous hérisse ou nous scandalise ? Quand nous regardons un film, une série, une œuvre d’art dont les idées ou les messages sont aux antipodes des nôtres et/ou dont l’auteur·e, peut-être génial·e n’est pas fréquentable… ? Fermer le livre ou éteindre l’écran ?
Si l’on pouvait lire sans renoncer à son désaccord ? Lire en contestant, changeant, discutant, sabotant, dérivant, variant… Lire mais sans se soumettre.

Cette rencontre avec Sophie Rabau (enseignante-chercheuse en littérature à l’université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle et auteur·e de L’Art d’assaisonner les textes et Carmen pour changer), Émilie Thomasson (étudiante de M2 en Lettres et Humanités à l’Université de Paris) et Christopher Alexander Kostritsky Gellert va interroger et interpoler ces textes en direct.


Manipulatrice de textes, auteure de B. Comme Homère, Carmen pour changer et L’Art d’assaisonner les textes (parus aux Éditions Anacharsis), Sophie Rabau est enseignante-chercheuse à l’Université Paris 3. Ne séparant pas théorie et pratique littéraire, elle explore la critique créative, cette lirécriture qui propose aux lecteurs et lectrices de faire l’expérience d’une insoumission face à l’autorité du texte littéraire.

Pourquoi lisons-nous est une enquête sur la lecture comme expérience. Cette enquête est menée à travers le recueil de témoignages de lecteur·trice·s divers.es ainsi qu’un cycle de forums animés par des universitaires, écrivain.e.s et d’artistes sur nos manières de lire et façons d’être. À l’instar du « texte ouvert » tel que le définit Lyn Hejinian, ici, la hiérarchie traditionnelle entre l’auteur et ses lecteurs·trice·s se dissout et se rééquilibre. Chaque témoin, chaque lecteur·trice, chaque universitaire, artiste et écrivain·e est une co-enquêteur·trice dans cette communauté d’expériences.

Ce cycle a été créé par Christopher Alexander Kostritsky Gellert, poète et artiste.
Une émission réalisée en partenariat avec le service Action culturelle & scientifique - Université de Paris, en direct depuis le studio *Duuu situé Folie N4 au Parc de la Villette.

Écouter
05.10.16
Fortune Teller
Jean-Baptiste Sauvage
01'13"
Pièce (28)
Pièce (28)
05.10.16
Écouter

Le SNAP nous propose un extrait sonore issu de l’œuvre ‘Fortune Teller’ de Jean-Baptiste Sauvage.

‘Fortune Teller’ évoque l’histoire d’une supercherie: il s’agit d’un titre des Rolling Stones qui intègre l’un de leurs albums les plus ubuesques, « Got Live If You Want It! » (1966), un live bricolé, un pur produit de maison de disque qui a quasiment été renié par le groupe. Le titre ‘Fortune Teller’ a été joué en studio avant que le label y surajoute des cris de fans préenregistrés. En choisissant d’utiliser uniquement la piste sonore des cris des fans, Jean-Baptiste Sauvage tourne son attention sur la fabrication des idoles, la mise en scène du public comme machine à susciter du mimétisme. Quel est la part de vrai et le part de jeu dans l’enthousiasme collectif? De quelle façon les techniques d’enregistrement ont changé nos rituels de célébration?

Une noirceur se dégage de l’ensemble malgré cette lumière aveuglante. Les cris des fans sont-ils de joie ou de frayeur? Il surgit l’évocation de ce fameux concert des Stones à Altamont, souvent évoqué pour signaler la fin de la période flower power où un fan a été tué par les Hell’s Angels, responsables du service d’ordre. Disposées au sol de la galerie, ces vitrines de vieux musée aux fonds rouge sang seraient elles des tombes pour une certaine mythologie libertaire du rock? Est-ce qu’elle a été remplacée par la techno et la culture des raves, où l’ampli fait figure d’objet de culte, de totem tribal devant lequel se fait directement le rite de la danse, sans l’intermédiaire des musiciens idoles.

Texte de Pedro Morais
Exposition ‘Fortune Teller’ présentée du 15 novembre au 20 décembre 2014 au SNAP, Lyon
Une émission proposée par le SNAP dans le cadre de l’exposition RUN RUN RUN à la Villa Arson de Nice, organisée à l’occasion des vingt ans de La Station.

00
00
00
00